Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / DIRIGEANT

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

La majorité des auto-entrepreneurs dégagent un faible revenu

29 nov
DIRIGEANT

Novembre 2012

Une étude de l’Insee pointe la faiblesse des revenus que les auto-entrepreneurs tirent de leur activité. Avec 4 300 € la première année, ils perçoivent en moyenne trois fois moins que les autres créateurs d’entreprises.

Aujourd’hui, le statut d’auto entrepreneur permet de créer son activité très simplement et de payer ses cotisations sociales à hauteur du chiffre d’affaires encaissé ; celui-ci étant plafonné à 32 600 € par an pour les prestations de service et à 81 500 € pour les activités commerciales.

Une étude de l’Insee, publiée en septembre 2012 sur les revenus des auto-entrepreneurs, indique que leur profil est comparable à celui des créateurs « classiques », au regard de l’âge, du sexe, et des secteurs d’activités choisis (services, commerce, construction drainent le gros des candidats). Toutefois, lorsqu’ils génèrent une activité, leurs revenus se situent en moyenne à 4 300 € la première année, contre 14 100 € pour les créateurs classiques.

Les seniors sont mieux lotis

Certains s’en sortent toutefois mieux que les autres. C’est le cas des personnes jusqu’alors rattachées au régime des indépendants, qui changent de statut pour devenir auto-entrepreneurs. Elles engrangent en moyenne 6 900 € la première année, ce qui représente 60 % de plus que la moyenne des auto-entrepreneurs. Les plus de 60 ans sont également mieux lotis au démarrage, avec des revenus 33 % supérieurs à ceux des 41-50 ans, et 55 % plus élevé que ceux des moins de 30 ans.

Autre constat : le démarrage de l’activité prend du temps. « En moyenne, sur l’ensemble des auto-entrepreneurs, le premier chiffre d’affaires intervient cinq trimestres environ après l’installation », pointent les auteurs de l’étude. Au cours des années qui suivent l’installation, la situation ne s’améliore guère. Trois ans après le démarrage, 58 % seulement des auto-entrepreneurs ayant facturé la première année sont encore actifs. En revanche, plus d’un sur quatre a quitté le régime et 14 % sont en sommeil.

Finalement, au bout de 3 ans, « si une petite moitié des auto-entrepreneurs actifs parvient à pérenniser son activité en développant son chiffre d’affaires, 90 % d’entre eux dégagent un revenu inférieur au smic au titre de leur activité non salariée », pointe l’Insee.

Réforme en vue

Leurs revenus n’étant pas comparables avec ceux des autres indépendants, les auto-entrepreneurs ne sont pas être alignés sur le régime des non-salariés. Toutefois, dans le projet de loi de finances pour 2013, figure une augmentation des taux de cotisations sociales d’environ 3 %.

Pour en savoir plus :

Enquête Insee septembre 2012


© Thibault Bertrand – Uni-éditions – novembre 2012