Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / FINANCES

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Gestion de trésorerie : adoptez les bons réflexes

30 mai
FINANCES

il y a 3 semaines

Les problèmes de trésorerie peuvent mener une entreprise ou un professionnel indépendant vers de grandes difficultés. Il existe heureusement de nombreuses façons de s’en prémunir. Voici quelques bons réflexes et des leviers à actionner sans attendre.

Le risque de trésorerie à l’origine de nombreuses faillites

Aucune entreprise n’y échappe : il existe souvent un décalage entre les dépenses engagées et les recettes non encore encaissées. Avec à la clé un risque de dépôt de bilan lorsque l’entreprise est dans l’incapacité de payer salariés, fournisseurs ou créanciers.

En effet, bien que les retards de paiement tendent à se réduire, ils demeurent une réalité pour de nombreuses entreprises. 32% d’entre elles, dont une forte proportion de TPE et PME, y sont encore régulièrement confrontées. Le phénomène est d’autant plus préoccupant que les retards de paiement sont à l’origine d’une défaillance d’entreprise sur quatre (*). D’où l’importance d’une bonne gestion de trésorerie…

Vous aimerez aussi : Des soutiens pour rebondir en cas de difficulté

Anticiper les difficultés

N’attendez pas d’être en difficulté pour vous préoccuper de votre trésorerie. La première règle à adopter est de se doter d’outils permettant d’anticiper les risques. La solution la plus simple, pour un professionnel libéral, artisan ou commerçant est d’établir un tableau de suivi de trésorerie. Sur ce document, qui pourra être réalisé au moyen d’un tableur Excel, devront figurer l’ensemble de vos encaissements et décaissements des six prochains mois.

Si le tableau fait apparaître des risques de déséquilibre entre les dépenses et les recettes à court ou moyen terme, prenez le temps d’en analyser les causes, en vous faisant aider au besoin de votre expert-comptable :

  • Vos ventes peuvent avoir baissé.
  • Peut-être avez-vous des impayés ou des retards de paiement.
  • Il est possible également que vos charges (salaires, loyers…) soient trop importantes…

Il est essentiel que vous puissiez établir un diagnostic aussi précis que possible, de façon à mieux cibler les mesures correctives que vous devrez prendre.

Bon à savoir
N’hésitez pas à « noircir le tableau » au besoin en vous préparant aux scénarios les plus critiques. Votre plan d’action n’en sera que plus efficace.

5 leviers à actionner pour préserver sa trésorerie

Une fois le diagnostic prévisionnel effectué, vous disposerez de plusieurs leviers pour agir.

  • Accélérer les encaissements  : faites en sorte d’accélérer le recouvrement de vos créances. Si vous travaillez pour d’autres entreprises (BtoB), tentez de négocier des délais de paiement plus courts auprès de vos principaux clients.
  • Obtenir des délais de paiement : suivant la même logique, vous essaierez d’obtenir l’inverse de vos fournisseurs : des délais de règlement plus longs qui vous donneront la bouffée d’oxygène dont vous avez besoin.
  • Optimiser les stocks : en faisant en sorte qu’ils n’excèdent pas le minimum nécessaire pour répondre à la demande.
  • Oublier (temporairement) la marge : si jusqu’à présent, votre priorité était la marge réalisée, changez de stratégie. L’important sera désormais de générer du chiffre d’affaires, du « cash », quitte à sacrifier votre marge. N’hésitez pas à pratiquer rabais et promotions. Cela vous aidera à restaurer votre trésorerie.
  • Renoncer à l’autofinancement. Vous devrez par ailleurs peut-être renoncer à autofinancer vos achats d’équipements. Que vous ayez besoin de vous doter de nouveaux matériels informatiques ou d’un véhicule utilitaire, contactez votre banque, qui vous proposera la solution de financement la plus adaptée (location, crédit ou crédit-bail). Vous conserverez ainsi des liquidités et consoliderez votre trésorerie.

Bon à savoir
Découvrez les solutions de crédit-bail, location avec option d’achat, location longue durée du Crédit Agricole dans notre rubrique dédiée.

Vous aimerez aussi : Un mémento sur les délais de paiement B To B

Votre banquier vous aide à préserver votre trésorerie

Vous pourrez également demander à bénéficier d’une facilité de caisse ou d’un découvert autorisé. Moyennant le paiement d’agios, votre compte pourra ainsi être débiteur jusqu’à un montant maximal fixé avec votre conseiller. Une facilité de caisse ne peut pas être utilisée plus de 15 jours par mois. Elle est donc réservée aux situations exceptionnelles. Le découvert autorisé sera plus indiqué si votre entreprise connaît régulièrement des difficultés de trésorerie. Le montant des agios versés sera également plus élevé.

En cas de déséquilibres importants et durables dans votre trésorerie, vous pourrez faire une demande de crédit à court terme, qui vous ouvrira un règlement anticipé de vos factures via votre banque ou un établissement partenaire mandaté pour recouvrer les créances. Seule condition pour pouvoir bénéficier de ce type de financement qui peut prendre différentes formes (escompte, mobilisation Dailly, affacturage…) : vous devrez avoir pour clients des entreprises ou des administrations.

Bon à savoir
Ayez un temps d’avance sur votre trésorerie !
Avec Cash in Time profitez d’une solution 100% en ligne qui paye vos factures clients BtoB en moins de 24h.

© Uni-éditions – avril 2018

(*) Source : Le Médiateur des entreprises (rapport 2017)

Article à caractère informatif et publicitaire.

Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.

Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale.

La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale. Accédez au détail de ces produits et services en cliquant sur les liens hypertexte prévus à cet effet dans la présente page Internet.