Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Social RH

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Comprendre les règles du cumul emploi-retraite

29 mar
Social RH

Mars 2012

La retraite ne signifie pas forcément avec l’arrêt définitif de la vie professionnelle. Que ce soit par désir de rester actif ou pour augmenter leur pouvoir d’achat, certains commerçants, artisans ou libéraux, cumulent leur pension de retraite avec les revenus d’une activité professionnelle.

Le cumul emploi-retraite, sans perte de revenus, est possible à deux conditions : jouir de droits suffisants d’une part, avoir liquidé l’ensemble de ses pensions de retraite d’autre part. Si l’on ne remplit pas ces exigences, le cumul reste possible, mais la pension de retraite peut alors être revue à la baisse.

Des motivations variées

Pourquoi faudrait-il obligatoirement s’arrêter de travailler lorsqu’on arrive à l’âge de la retraite ? Certains trouvent dans leur vie professionnelle une forme d’épanouissement qu’ils ne souhaitent pas forcément abandonner. D’autres, une source de revenus opportune pour compléter une pension de retraite parfois modeste. Pour l’une ou l’autre de ces raisons, certains professionnels font le choix de cumuler leur pension avec une activité professionnelle.

Depuis le 1er janvier 2009, cette possibilité est ouverte à tous, sans restriction ni perte de revenus, à condition de respecter deux exigences. La première est de justifier d’une carrière complète permettant de bénéficier d’un taux plein ou, à défaut, d’avoir atteint l’âge légal justifiant un départ à taux plein (bientôt 67 ans, contre 65 auparavant). La seconde est d’avoir fait liquider l’ensemble de ses pensions auprès des régimes de retraite obligatoires français, mais aussi étrangers, si l’on a travaillé hors des frontières.

Perte de revenus potentielle

Si ces deux conditions ne sont pas réunies, le cumul reste néanmoins possible, mais dans un cadre plus restrictif. Là encore, certaines exigences sont posées. Les candidats doivent en effet avoir atteint l’âge légal du départ en retraite (bientôt 62 ans contre 60 auparavant) ou être âgé de 55 ans au minimum lorsqu’ils bénéficient d’un dispositif de départ à la retraite anticipé.

A ces conditions, le cumul peut toutefois occasionner une perte de revenus. C’est le cas lorsque les salaires d’activité dépassent la moitié du plafond annuel de la sécurité sociale, soit 18 186 € pour 2012 (équivalent à un revenu mensuel de 1 515 €), sachant que lorsque la personne exerce son activité dans une zone de revitalisation rurale (ZRR) ou dans une zone urbaine sensible (ZUS), ce montant est doublé. Dans ce cas, la pension de retraite est ajustée à la baisse, à concurrence des sommes perçues en excédent.

En dessous de ces montants, en revanche, la personne peut cumuler pension de retraite et salaire sans perte de revenus. Dernière chose à savoir : ces règles, s’appliquent aussi bien au régime de retraite de base qu’aux régimes de retraite complémentaires.


© Thibault Bertrand – Uni-éditions – février 2012