Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Social RH

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

L’intéressement, un dispositif pour motiver ses salariés

24 juin
Social RH

Juin 2011

Complément de salaire parfois substantiel et élément phare pour impliquer les salariés dans la vie économique de l’entreprise, l’intéressement s’avère un excellent moyen pour doper la motivation des collaborateurs.

À la différence de la participation aux bénéfices de l’entreprise, le dispositif de l’intéressement est facultatif. Ainsi y adhèrent les sociétés qui, volontairement, souhaitent intéresser leurs salariés aux résultats économiques de l’entreprise. Et cela au-delà de ce que la loi impose. Un état d’esprit donc qui met l’entreprise dans une véritable logique collective d’incitation salariale.

L’intéressement peut concerner toutes les entreprises, indépendamment de leur taille. L’accord d’intéressement, conclu en général pour trois ans, est signé avec les délégués syndicaux et le CE. Il doit être approuvé par les deux tiers des salariés de la société. Après avoir été conclu, l’accord est envoyé sous 15 jours à la Direction départementale du travail et de la formation professionnelle (DDTFP).

Les sommes perçues par les salariés au titre de l’intéressement ne sont pas obligatoirement bloquées. Si elles sont versées au collaborateur, elles sont alors soumises à l’impôt sur le revenu. Ce dernier peut également choisir de les investir sur le plan d’épargne salariale de l’entreprise où elles seront bloquées pendant cinq ans. Attention, le choix de tel ou tel placement doit être effectué dans les 15 jours suivants la notification de paiement.

Concernant les cas de déblocage anticipé, ils sont les mêmes que pour le dispositif de la participation : la célébration d’un mariage ou d’un pacte civil de solidarité (Pacs), la naissance ou l’adoption d’un troisième enfant, un divorce, la cessation du contrat de travail, l’achat ou la construction d’une résidence principale, la création d’une entreprise nécessitant l’utilisation des fonds bloqués, ou encore la nécessité de faire face à une situation de surendettement.

Des avantages nombreux

Les avantages sont nombreux, aussi bien pour le salarié que pour l’employeur. Pour le salarié, l’intéressement permet de mesurer financièrement son implication dans les performances économiques de l’entreprise, tout en disposant d’un complément de salaire. Pour l’entreprise, il est un bon levier de motivation et de fidélisation des collaborateurs. De plus, le dispositif permet à l’employeur de bénéficier, pour les sommes versées au titre de l’intéressement, de l’exonération de différentes taxes : taxe d’apprentissage, taxe sur la formation professionnelle ou sur la construction.

Enfin, pour doper le mécanisme, l’entreprise peut également abonder les versements volontaires effectués par les salariés sur le PEE ou le PERCO. L’abondement peut porter à minima sur la prise en charge des frais administratifs et multiplier jusqu’à trois fois la somme versée par le salarié.

En savoir plus :
www.urssaf.fr/employeurs/dossiers_reglementaires/dossiers_regleme...


© Uni-éditions – 2010