Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Social RH

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Quelles aides pour l’embauche d’un premier salarié ?

20 jan
Quelles aides pour l'embauche d'un premier salarié ?
Social RH

20 janvier

Si votre activité se développe et que vous devez recruter un collaborateur, les pouvoirs publics ont mis en place plusieurs dispositifs d’aides afin d’alléger le coût de cette embauche.

En France, 1,2 million de TPE ne comptent aucun salarié. Pourtant, certains professionnels ont la visibilité nécessaire pour recruter. Mais beaucoup hésitent à le faire, par peur de la charge financière induite. Il existe pourtant plusieurs dispositifs d’aides susceptibles d’alléger le poids financier d’une embauche.

4 000 € d’aide sur 2 ans

Le premier de ces dispositifs, baptisé Embauche PME, s’adresse aux entreprises qui recrutent un collaborateur en CDI ou CDD pour une durée minimum de 6 mois. Il ouvre droit à une prime de 500 € par trimestre, durant les 2 premières années du contrat, soit 4 000 € d’aide au total. Attention toutefois : ce dispositif est valable pour les salaires plafonnés jusqu’à hauteur de 1,3 SMIC, soit 23 092 € bruts annuels cette année. Initialement accordé jusqu’au 31 décembre 2016, il a été prolongé de 6 mois, jusqu’au 31 juin 2017.

À noter que cette aide s’adressant aux entreprises de 0 à 249 salariés, vous pouvez en bénéficier pas seulement lors du recrutement d’un premier employé.

Les exonérations de charges

Autre moyen permettant de limiter le coût d’une embauche : les dispositifs d’exonérations de charges sociales. Il en existe plusieurs qui jouent à la baisse sur le montant des charges patronales. Les 2 principaux sont la réduction bas salaire (ex-allègement Fillon) et le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Les modalités de calcul du premier pourraient changer cette année. En 2016, il représentait un allègement de charge d’environ 410 € par mois pour un salarié payé au SMIC. Pour sa part, le CICE se monte désormais à 7 % de la rémunération brute versée (contre 6 % en 2016), jusqu’à hauteur de 2,5 SMIC. Soit environ 104 € par mois pour un salarié payé au SMIC. Bon point : ces 2 dispositifs sont cumulables.

Aides à l’apprentissage

Enfin, sachez que le recrutement d’un jeune en apprentissage ouvre droit, sous conditions, à plusieurs aides financières : aide TPE jeune apprenti (jusqu’à 4 400 €), prime à l’apprentissage (1 000 € par an), aide au recrutement d’un premier apprenti (1 000 €), crédit d’impôt apprentissage (jusqu’à 2 200 € par an), ainsi qu’une exonération de charges sociales. C’est aussi le cas pour une embauche en contrat de professionnalisation, concernant une personne rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi (jeunes, chômeurs, handicapés). En contrepartie d’un engagement à former cette personne, vous pourrez bénéficier d’une aide de 2 000 €, via Pôle Emploi, ou d’une aide de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph), pouvant aller jusqu’à 5 000 €, pour l’embauche d’une personne en situation de handicap.


© Thibault Bertrand - Uni-éditions - janvier 2017