Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Social RH

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Tickets repas : un avantage à étudier de près

14 fév
Social RH

Février 2013

Quand les marges de manœuvre salariales se resserrent, les entreprises peuvent se rabattre sur d’autres leviers de motivation et de fidélisation du personnel. Les titres-restaurant, subventionnés par l’employeur, en sont un bon exemple.

Les diffuseurs de titres-restaurant ne connaissent pas la crise. Malgré un contexte économique général en demi-teinte, ils continuent de conquérir de nouveaux clients et de développer leur activité. En 2010, ils ont émis près de 680 millions de titres de repas auprès de 2,5 millions de salariés, pour un montant global de 3 milliards d’euros. Soit 14 millions de tickets repas de plus que l’année précédente. Il faut dire que le service proposé par ces prestataires ne manque pas d’avantages. Pour le salarié bien sûr, mais aussi pour l’employeur qui décide d’en faire bénéficier ses collaborateurs.

Plus avantageux qu’une augmentation de salaire

En premier lieu, c’est un bon moyen de gratifier son personnel. Pour ce dernier, l’attribution de titres-restaurant se traduit par un gain de pouvoir d’achat direct et immédiat. En effet, la part du titre à la charge du salarié ne représente que 40 à 50 % de sa valeur faciale, le reste étant pris en charge par l’entreprise. Autre avantage : contrairement à une augmentation de salaire, le titre-restaurant n’est pas imposable au titre de l’impôt sur le revenu.

Côté employeur, l’opération est aussi avantageuse, puisque les titres-restaurant sont exonérés de charges sociales, et ce dans la limite de 5,29 € par jour et par salarié (barème 2013). À niveau égal, ils sont donc sensiblement moins onéreux qu’une augmentation de salaire. Dans l’hypothèse d’une contribution employeur aux titres-restaurant de 5,29 € par jour, la charge pour l’entreprise se monte ainsi à 1 163,80 € par an (5,29 € x 220 jours de présence). Soit une économie de 640 € par rapport à une augmentation de salaire de 5,29 € par jour, soumise à cotisations sociales. Environ 35 % de mieux ! De quoi motiver et fidéliser son personnel à moindre coût. D’autant plus que le montant de la participation employeur est libre. Il se situe autour de 4 € en moyenne, pour une valeur faciale des titres d’un peu plus de 7 €.

Un service accessible aux TPE

Contrairement aux idées reçues, ce service n’est pas réservé aux entreprises justifiant d’un certain effectif. Il est accessible dès le premier salarié. Seule condition à respecter : si l’employeur décide d’accorder cet avantage à son personnel, il doit en faire bénéficier tout le monde.

Pour mettre en place un titre-restaurant au sein de son entreprise, le mieux est de mettre en concurrence les prestataires en place. Ils sont au nombre de quatre : Edenred, filiale du groupe Accor qui gère la marque Ticket Restaurant, Sodexo, propriétaire de la marque Chèque Restaurant, le groupe Chèque Déjeuner, et Natixis Intertitres avec la marque Chèque de Table. Pour ce faire, on aura intérêt à comparer leur niveau de prestations, leur taux de commission, et le nombre d’établissements qui acceptent leurs titres-restaurant. À l’heure actuelle, plus de 182 000 restaurateurs et commerçants honorent l’un ou l’autre de ces titres.


Copyright © 2011 agence-info.com Un site du groupe Uni-éditions