Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes une entreprise 
Nous contacter

Économie sociale et solidaire : de quoi s’agit-il ?

07/06/2021 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Innovation #Décryptage

tout un mag pour vous

Économie sociale et solidaire : de quoi s’agit-il ?

L’Économie sociale et solidaire (ESS) désigne un ensemble d'entreprises cherchant à concilier utilité sociale, performance économique et gouvernance démocratique. Avec, pour ambition finale, la création d’emplois et le développement d’une plus grande cohésion sociale. Éclairage.

Les plus importantes organisations internationales l’érigent en modèle d’avenir. De plus en plus, elle est enseignée dans les écoles de management, y compris les plus cotées. De quoi parle-t-on ? De l’économie sociale et solidaire (ESS).

L'ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS), QU’EST-CE QUE C’EST ?

Quelle finalité ?

Le but de l’ESS : faire de l’argent un moyen, et non une fin en soi. En d’autres termes, placer l'homme au cœur de l'économie et mettre les activités économiques au service d'un engagement social.

Qui est concerné ?

L’Économie sociale et solidaire (ESS) désigne un ensemble d'entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations ou fondations dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d'utilité sociale.

Ces acteurs portent un projet collectif très souvent à finalité sociale et/ou environnementale.

Quelle organisation pour les structures de l’ESS ?

Pour y parvenir, les structures de l’ESS adoptent des modes de gestion démocratiques et participatifs. En outre, elles encadrent strictement l'utilisation des bénéfices qu'elles réalisent : le profit individuel est proscrit et les résultats sont réinvestis au service d’une cause.

Et cela fonctionne : l'ESS, c’est aujourd’hui 2,4 millions de salariés (soit 14% de l’emploi salarié privé), 10% du PIB national et 200 000 entreprises impliquées1.

BON À SAVOIR

RSE et ESS : quelles différences ?

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) procède d’une démarche volontaire et ne constitue pas toujours une fin en soi (hormis l’obligation faite aux sociétés de plus de 500 salariés de publier un rapport RSE).

Pour les acteurs de l’ESS, au contraire, l'objectif social et solidaire est à la fois une vocation et une priorité.

 

    Vous aimerez aussi : Les avantages à mettre en place une démarche RSE dans une entreprise

ESS ET FINANCEMENTS, COMMENT ÇA MARCHE ?

Dans l’imaginaire collectif, les sources de financement des structures de l’Économie sociale et solidaire sont principalement publiques et proviennent exclusivement des subventions. Il s’agit là d’une idée reçue.

Certes, le « pacte de croissance pour l'économie sociale et solidaire » mis en place par le Gouvernement favorise les entreprises de l’ESS, notamment via la commande publique. Dans le même temps, de nombreuses aides sont à la disposition des structures de l’ESS. Et l'agrément « entreprise solidaire d'utilité sociale » (ESUS) permet de labelliser les entreprises les plus exigeantes socialement pour attirer des investisseurs privés au travers de l'épargne solidaire.

Mais si le fonctionnement interne et les activités d’une entreprises sociale et solidaire est effectivement fondé sur un principe de solidarité et d'utilité sociale, cela ne l’empêche pas d’avoir des ambitions de croissance et de rentabilité. En clair, comme n’importe quelle autre société privée, elle adopte les codes de l’économie de marché.

Pour résumer, si une partie des financements des structures de l’ESS proviennent de fonds publics, la majorité d’entre elles tirent également profit de leurs activités commerciales, industrielles ou des services qu’elles proposent.

D’où l’intérêt grandissant qu’elles suscitent aujourd’hui.

 

    À lire également : Tout savoir sur la transition énergétique, un des volets de la transition écologique

 

1 Source : Ministre de l’Économie.

 

© Uni-médias – Juin 2021
Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.

TOUT UN MAG POUR VOUS