Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes une entreprise 
Nous contacter

Le port du masque devient obligatoire en entreprise

14/09/2020 - 2 min de lecture

#RH et salariés #Décryptage

tout un mag pour vous

Le port du masque devient obligatoire en entreprise

Le nouveau protocole sanitaire en entreprise, entré en vigueur le 1er septembre, renforce les mesures de prévention et de protection contre le covid-19 déjà en place.

Face à la recrudescence des cas de Covid-19, notamment dans les entreprises, le ministère du Travail a publié fin août un nouveau protocole sanitaire, qui renforce les mesures de protection en place. La principale nouveauté de ce texte est de rendre le port du masque obligatoire dans les lieux clos et partagés. Concrètement, les salariés qui partagent un bureau ou un open space doivent désormais porter un masque de protection. Même chose en salle de réunion, en salle de repos, dans les vestiaires, les véhicules de l’entreprise lors des déplacements en commun, etc. Cette mesure, qui résulte d’un avis du Haut conseil de la santé publique, vise à limiter la transmission du virus par voie aérienne.

DES EXCEPTIONS À LA RÈGLE

Si le port du masque devient la norme, le nouveau protocole prévoit quelques exceptions à la règle. La première concerne le salarié qui travaille seul dans son bureau. Pour le coup, le masque n’est pas obligatoire. Une dérogation est également possible pour les salariés travaillant en atelier, dont les tâches en principe plus physiques ne sont pas toujours compatibles avec le port de cette protection. Pour cela, l’employeur doit limiter le nombre de personnes présentes dans l’atelier (4m2 par personne au moins) et équiper chaque salarié d’une visière de protection.

Le protocole ouvre également la possibilité aux salariés de « retirer temporairement leur masque à certains moments dans la journée », mais sous condition, par exemple, de travailler dans un bureau correctement ventilé, ou encore de bénéficier d’écrans de protection entre les postes de travail. Ces exigences varient selon la zone de propagation du virus (verte, orange, rouge) ou l’entreprise est implantée.

Enfin, le ministère du Travail ouvre la porte, au cas par cas, à un éventuel assouplissement du port du masque, en autorisant les entreprises dont les contraintes d’activité le justifient, à procéder à des adaptations « après avoir mené une analyse des risques de transmission du SARS-CoV-2 et des dispositifs de prévention à mettre en œuvre ».

QUI FOURNIT LES MASQUES ?

L’employeur étant légalement tenu d’assurer la sécurité des salariés et de protéger leur santé (article L. 4121-1 du Code du travail), ceux-ci sont à sa charge. Attention à se fournir avec des modèles aux normes. Le logo bleu « masque grand public - filtration garantie » atteste de leur homologation.

Pour le reste, le nouveau protocole reconduit et précise les règles d’hygiène et de distanciation physique déjà en place : respect d’une distance d’au moins un mètre entre les personnes, lavage des mains, application des gestes barrières, nettoyage et aération des locaux, gestion des flux de personnes, etc.


Pour en savoir plus :
Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l'épidémie de Covid-19 - 31 août 2020

 

© Thibault Bertrand – Uni-Médias - Septembre 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.