Retour au site Crédit Agricole
Le blog des collectivités / Général

Une sélection d’actualités générales et financières utiles pour votre collectivité

Gaspillage alimentaire : l’engagement des collectivités

20 nov
Gaspillage alimentaire : l'engagement des collectivités
Général

Novembre 2013

2014 sera l’année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire. Les collectivités territoriales ont un rôle à jouer à leur niveau, en matière de restauration collective notamment et de sensibilisation des citoyens.

La lutte contre le gaspillage alimentaire s’inscrit dans le cadre des politiques de réduction des déchets, mais il s’agit également de préserver les ressources et de limiter les émissions de gaz à effet de serre. C’est un réel enjeu dans la mesure où, selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), on compte environ 20 kg de déchets alimentaires par habitant et par an dans les ordures ménagères et assimilées, dont 7 kg de produits encore emballés.

En ce qui concerne la restauration collective en régie, un repas (préparation et consommation) génère en moyenne 150 g de biodéchets, constitués de 50 g d’épluchures et de restes de préparation, et 100 g de restes de repas. Une résolution a été adoptée en 2012 par le Parlement européen, demandant des mesures urgentes pour réduire le gaspillage alimentaire d’ici à 2025. Dans ce cadre, 2014 a été déclarée l’année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Les collectivités peuvent intervenir sur leur propre production de déchets alimentaires, auprès de la restauration collective (essentiellement les cantines scolaires), mais également auprès des ménages grâce à des campagnes de sensibilisation et des actions dédiées.

Le pacte national antigaspillage
Le ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Parot, a présenté le 14 juin 2013 un pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, qui a créé une journée de lutte contre le gaspillage fixée au 16 octobre, avec une labellisation des pratiques vertueuses, valorisant la mobilisation de chacun dans la lutte contre le gaspillage.

Parmi les mesures de ce pacte, on trouve également l’introduction de clauses relatives à la lutte contre le gaspillage dans les marchés publics de la restauration collective d’ici à 2014 : "L’État prendra les dispositions nécessaires, réglementaires, par convention avec les différents acteurs, et législatives le cas échéant". Il s’engage également "à sensibiliser les clients (donneurs d’ordre) de la restauration collective à la nécessité de mettre en place des mécanismes qui permettent de mieux prévoir le nombre de convives, l’incertitude sur ce sujet étant source d’un important gaspillage".

Des outils pour assister les collectivité
Le conseil général de Gironde a réalisé en 2011 une campagne de communication importante sur le gaspillage alimentaire, en mettant en avant le coût par famille. En parallèle, il a travaillé sur la restauration collective, publiant un cahier de préconisations pour réduire ce gaspillage.

Entre 2012 et 2013, la communauté d’agglomération du Pays de Morlaix a mis en place une opération visant à réduire le gaspillage alimentaire : à la fois en amont, en améliorant la relation de travail entre la cantine et le fournisseur du repas, et en aval, en sensibilisant les enfants, notamment grâce à la pesée des déchets. En une année, le gaspillage à la cantine a été réduit de 25 %.

Plusieurs outils permettent d’assister les collectivités. Les Centres permanents d’initiative pour l’environnement (CPIE) ont édité le guide Comment réduire le gaspillage alimentaire au sein de sa restauration collective : il présente des solutions accessibles pour mettre en place de nouveaux modes de gestion de la restauration. L’Ademe, avec le site Optigede, recense les actions menées et délivre des conseils pour les reproduire.

Pour en savoir plus :
Ministère de l’Agriculture – Pacte national de lutte contre le gaspillage
Optigede


© Uni-éditions – MIG – novembre 2013