Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes une collectivité 
Nous contacter

Le point sur la présence postale territoriale durant la crise sanitaire

15/06/2020 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendance

#Décryptage #Vie locale

tout un mag pour vous

Le point sur la présence postale territoriale durant la crise sanitaire

L’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) dresse un bilan sévère du fonctionnement de La Poste durant la crise du Covid-19.

Au début du confinement, La Poste n’a maintenu que 1 000 de ses 7 000 bureaux ouverts. La qualité du service postal universel s’est aussi dégradée durant la crise sanitaire et a engendré une rupture dans l’organisation de La Poste, note l'autorité de contrôle. Pour La Poste, l'organisation mise en place dans l’urgence a consisté à lister les prestations de services prioritaires. L'institution s'était ainsi fixé comme objectif de maintenir un passage quotidien pour ses activités de portage (repas, médicaments…) et de lien social (« Veillez sur mes parents », « Cohésion » …).

DIFFICULTÉS INÉDITES

Mais La Poste affirme avoir été rapidement confrontée à des difficultés concernant « d’une part la disponibilité de ses effectifs et d’autre part, les conditions d’exercice et les règles sanitaires très contraignantes de ses activités ». Quant à l’ouverture des « points partenaires », ils dépendaient de l’ouverture des locaux des collectivités, de commerçants ou encore des Maisons France Services qui assurent des services postaux. L’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) reconnaît effectivement que La Poste a été confrontée à des difficultés particulières : taux d’absentéisme significatif, arrêt d’activité de partenaires ou de fournisseurs, règles de distanciation sociale « imposant des adaptations inédites des processus et protocoles de La Poste », etc. Pour autant, l’Arcep remarque que dans d’autres pays européens, des prestataires de service universel postal ont effectué « des choix différents ». L'autorité note tout de même ne pas disposer de « recul suffisant pour déterminer les raisons expliquant ces différences ».

DIALOGUES POSITIFS

Au fil des semaines, la situation s’est toutefois améliorée, notamment grâce à un dialogue avec les maires. L’Arcep note ainsi positivement le fait que La Poste ait engagé un dialogue avec l’Association des maires de France (AMF) et qu’elle se soit appuyée sur les Commission départementales de présence postale territoriales (CDPPT) afin de favoriser la réouverture des points de contacts hébergés par les collectivités. Un dialogue a également été engagé avec les éditeurs de presse pour la distribution des quotidiens.

À partir du 1er avril, 1 600 bureaux de poste étaient ouverts, ainsi que 600 agences postales (sur 6 454) et 1 770 relais poste commerçants (sur 2 812). Au 21 avril, toujours selon La Poste 3 915 bureaux de poste, 2 985 agences postales communales et 2 113 relais poste commerçants étaient progressivement remis en service, soit 9 000 points de contacts dont 5 000 bureaux de poste. Aujourd'hui, la plupart des bureaux ont rouvert leurs portes. L’Arcep recommande ainsi pour l’avenir de renforcer les discussions avec les collectivités locales et les représentants de l’État déconcentré et invite La Poste à tirer pleinement les enseignements de la crise actuelle afin d’améliorer ses capacités de gestion et d’anticipation de crise pour maximiser les « capacités de résilience de ses activités ».

 

Pour en savoir plus
Avis de l’Arcep n° 2020- 0425 du 30 avril 2020

 

© Philippe Houdart – Uni-Médias – Juin 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.