Retour au site Crédit Agricole
Le blog des entreprises / DIRIGEANT

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre entreprise

Miser sur le levier de "l’acquisition-innovation"

22 jan
Miser sur le levier de "l'acquisition-innovation"
DIRIGEANT

22 janvier

Dans un contexte de ruptures permanentes, il est essentiel pour les entreprises de s’adapter et de se transformer rapidement. Pour y parvenir, des grandes entreprises misent sur l’acquisition de jeunes entreprises innovantes.

Mondialisation de l’économie, transformation numérique, nouvelle donne énergétique, nouveaux modes de consommation… Dans un contexte de profondes mutations structurelles, les entreprises ne peuvent plus se contenter de se reposer sur leurs acquis. La capacité à se remettre en cause et à se transformer rapidement devient essentielle.

Acquérir des ressources-clés

Pour faire évoluer leur business model, développer de nouvelles offres, conserver leur avantage concurrentiel, certaines entreprises (grands groupes et ETI principalement) se tournent vers l’extérieur. Plutôt que de concentrer tous leurs efforts sur la recherche et le développement (R&D) interne, elles développent en parallèle une stratégie d’acquisition-innovation.
L’opération consiste à prendre le contrôle d’une ou plusieurs jeunes entreprises innovantes, dont des start-up, pour acquérir des ressources-clés (compétences, brevets, marques, savoir-faire…) susceptibles de faire évoluer l’offre ou de prendre pied sur des marchés prometteurs.
C’est la stratégie qu’a engagée l’entreprise Neopost, spécialisée dans la distribution du courrier, il y a 5 ans. Sur un marché en perte de vitesse, cette société a mis en œuvre une politique d’acquisitions ciblées, qui lui a permis d’accélérer sa diversification, notamment digitale, et de renouer avec la croissance. Même choix pour le groupe hôtelier Accor, confronté à l’apparition de concurrents en ligne (Booking.com, Tripadvisor, Airbnb…), qui a pris en 2014 le virage de la transformation digitale, notamment grâce à l’acquisition de start-up spécialisées dans le marketing hôtelier.

Un potentiel à développer

Malgré ses points forts, cette stratégie prometteuse reste peu utilisée en France. Selon Bpifrance, qui publie un rapport sur ce sujet, une quarantaine d’acquisitions de start-up auraient eu lieu ces trois dernières années, à l’initiative des entreprises du SBF 120. Un ratio particulièrement faible, comparé aux États-Unis, où à eux seuls, les 5 "GAFAM" (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), en ont réalisé 4 fois plus alors que leur capitalisation globale et leurs réserves de cash sont comparables.

"La dynamique devrait s’inverser, indique toutefois Bpifrance. De la même manière que les grands groupes pharmaceutiques ont transformé leur modèle d’une R&D interne vers l’externalisation et le rachat de biotechs, l’ensemble des secteurs devrait réagir et se tourner vers cette solution pour acquérir des talents, construire de nouveaux business models et générer de la croissance."

Pour en savoir plus :
Bpifrance – Étude "Acquérir pour bondir"


© Thibault Bertrand – Uni-éditions – décembre 2015