Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / FINANCES

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Véhicule personnel ou de société, faites le bon choix

04 juil
Véhicule personnel ou de société, faites le bon choix
FINANCES

il y a 5 mois

Acquérir un véhicule de société ou bien utiliser son véhicule personnel pour ses déplacements professionnels, n’a pas la même incidence financière. Mieux vaut choisir la bonne option.

Vous avez besoin d’un véhicule pour vos déplacements professionnels ? Un conseil : demandez à votre expert comptable de chiffrer le coût, pour votre entreprise, de l’achat et de l’utilisation d’un véhicule de société, ainsi que celui de l’utilisation de votre véhicule personnel. Vous verrez que la différence peut être sensible. Pour autant, dans l’absolu, aucune de ces deux options n’est meilleure que l’autre. Tout dépend des caractéristiques du véhicule concerné, du kilométrage envisagé, de votre statut, et de vos besoins bien sûr.

Acheter un véhicule de société

Cette option présente un gros avantage, puisqu’elle permet de déduire l’amortissement du véhicule du bénéfice imposable, généralement sur une durée de 4 à 5 ans. Le montant de cette déduction est conditionné aux émissions de CO2. Il est plafonné à 18 300 € en dessous du seuil de 200 g CO2/km, et à 9 900 € au-delà. Vous pouvez ainsi « récupérer » sur le plan comptable une grande partie, voire la totalité, de la valeur du véhicule. Attention à la TVA en revanche car elle n’est pas récupérable sur l’achat d’un véhicule particulier, mais uniquement sur les utilitaires, auto-écoles, taxis, VSL… Pour un véhicule particulier, vous devrez également acquitter la taxe sur les véhicules de société (TVS). Autre point à prendre en compte : l’utilisation à titre personnel d’un véhicule de société est assimilée à un avantage en nature, soumis à cotisations sociales et imposé au titre de l’impôt sur le revenu. Au-delà du calcul financier à effectuer, opter pour un véhicule de société peut s’avérer un bon choix lorsque plusieurs personnes ont vocation à l’utiliser. Idem, si l’on souhaite disposer d’un véhicule de standing, neuf ou destiné à un usage spécifique, comme c’est le cas pour un utilitaire par exemple. Attention toutefois au choix du véhicule : le malus écologique, potentiellement très coûteux, peut remettre en cause l’intérêt de ce montage.

Utiliser son véhicule personnel

Cette solution a le mérite de la simplicité. Lorsque vous utilisez votre véhicule personnel, selon votre statut, vous êtes remboursé de vos frais, soit d’après un barème kilométrique forfaitaire, soit sur la base de vos dépenses réelles. Dans le second cas, la prime d’assurance, les frais d’entretien et de réparations, ainsi que le carburant vous sont remboursés au prorata de l’utilisation professionnelle du véhicule. Peu importe l’option choisie, ces sommes sont déductibles de votre résultat imposable, exonérées de charges sociales et ne sont pas soumises à l’impôt sur le revenu. Autre avantage : le fait d’utiliser votre véhicule personnel vous fait bénéficier d’un abattement de 15 000 € au titre de la TVS, puis d’une décote progressive jusqu’à concurrence de 45 000 km. Au bout du compte, cette option peut être intéressante pour un professionnel qui démarre son activité et n’a pas la trésorerie suffisante pour acquérir un véhicule. Du moins lorsque le besoin porte sur un véhicule particulier et non un utilitaire. Et à condition de ne pas accumuler trop de kilomètres : plus on roule, plus le barème de remboursement des frais kilométriques décroît.

Pour en savoir plus :


© Thibault Bertrand - Uni-éditions - mai 2016