Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Qui sont les créateurs d’entreprises ?

05 mar
Qui sont les créateurs d'entreprises ?
Activité

Mars 2015

Une enquête de l’Insee dresse un portrait détaillé des créateurs d’entreprises. Sexe, âge, niveau d’études, situation professionnelle, financement initial… Voici à quoi ressemble l’entrepreneur-type.

Une enquête de l’Insee sur les créateurs d’entreprises, reconduite tous les 4 ans, et dont la dernière édition a été publiée en novembre 2014, étudie la population des créateurs d’entreprises ayant immatriculé leur entreprise en 2010. Elle ne tient pas compte des auto-entrepreneurs, dont le régime a été créé en 2009, et qui, pour beaucoup, n’ont pas eu d’activité effective au démarrage de leur inscription. Au bout du compte, elle repose sur une base de 262 000 créations d’entreprises, correspondant au nombre d’immatriculations enregistrées cette année-là, hors auto-entrepreneurs.

Sept créateurs sur dix sont des hommes

Alors que les hommes représentent 52 % de la population active, ils totalisent 70 % des créateurs d’entreprises. Dans certains secteurs, cette proportion est même bien supérieure. C’est le cas de la construction (90 %), de l’industrie manufacturière (80 %) et du transport (79 %). À l’inverse, certains secteurs sont majoritairement féminins. C’est le cas de l’enseignement, de la santé et de l’action sociale (54 %), ainsi que des autres services aux ménages (54 %). Deuxième enseignement : les créatrices sont en moyenne plus jeunes que les créateurs (38,6 ans contre 40,7 ans).

Des capitaux de départ en hausse

En 2010, les créateurs d’entreprises ont mobilisé des financements initiaux plus importants que leurs homologues de la génération 2006. Ainsi, 9 % d’entre eux ont démarré avec un capital de 40 à 80 k€, 6 % avec 80 à 160 k€, et 7 % avec plus de 160 k€ (contre respectivement 6 %, 4 % et 4 % en 2006). Cet écart doit toutefois être relativisé puisque l’enquête ne comptabilise pas les auto-entrepreneurs. Or, tout laisse à penser que de nombreux créateurs aux moyens modestes ont opté pour ce nouveau statut.
Deuxième enseignement : le montant des investissements initiaux dépend du secteur d’activité choisi. Dans l’hôtellerie-restauration, plus de 40 % des porteurs de projets ont mobilisé 40 k€ et plus d’apport initial. Les investissements sont également élevés dans les secteurs du transport, ainsi que dans l’industrie. À l’inverse, l’éducation, la santé, l’action sociale, les activités scientifiques et techniques, mobilisent des moyens plus modestes. Dans ces secteurs, deux tiers des porteurs de projets disposent d’un capital initial inférieur à 40 k€.

Une population davantage diplômée

Selon l’enquête de l’Insee, les créateurs de la génération 2010 sont plus diplômés que ceux de l’enquête précédente. Ainsi, 43 % d’entre eux possèdent au moins un diplôme universitaire du 1er cycle, soit 6 % de plus qu’en 2006. Parmi les autres, 18 % ont le baccalauréat, 27 % un CAP, un BEP ou un brevet, et 12 % sont sans diplôme.
Enfin, avant de créer leur entreprise, un tiers des créateurs étaient au chômage. Un autre tiers étaient salariés. Quant aux autres, 14 % étaient indépendants ou à leur compte, 9 % étaient dirigeants d’entreprises salariés ou PDG, 6 % étaient sans activité professionnelle, 3 % étaient étudiants ou scolaires, et 2 % étaient retraités.


© Thibault Bertrand – Uni-éditions – janvier 2015