Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / DIRIGEANT

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Les dirigeants de TPE et la formation

10 sep
DIRIGEANT

Septembre 2012

Malgré les disparités observées entre les secteurs, la formation continue n’est pas la préoccupation majeure des dirigeants de TPE. Une récente étude apporte l’occasion de faire le point sur les pratiques et les besoins.

Les dirigeants de TPE ne sont pas de grands consommateurs de formation. Sur les douze derniers mois, un tiers d’entre eux seulement déclarent avoir participé à une action de formation, conclut la FCGA (Fédération des centres de gestion agréés) au terme d’une étude menée auprès de 15 000 chefs de petites entreprises. Toujours selon cette étude, moins d’un dirigeant de TPE sur cinq (19,2 %) envisage de participer à une action de formation au cours des douze prochains mois.

Manque de temps

Ce manque d’appétence des dirigeants de petites entreprises pour la formation n’est pas nouveau. Selon Alexis Govciyan, directeur de l’Institut supérieur des métiers, qui commente l’étude dans les colonnes de L’Observatoire de la petite entreprise de la FCGA, il existe un lien direct entre la formation continue des dirigeants et la taille de leur entreprise. « Plus les structures sont petites, plus la formation continue des dirigeants diminue », souligne-t-il.

Selon l’étude de la FCGA, cette situation découle de deux facteurs. D’abord, un manque de temps. C’est d’ailleurs la première des raisons invoquées par les chefs d’entreprise. Logique dans la mesure où « l’absence du dirigeant d’une petite entreprise perturbe beaucoup plus son fonctionnement, voire le paralyse », souligne Alexis Govciyan.

La deuxième raison tient à l’absence de besoin urgent et clairement identifié. De fait, comme le note l’étude de la FCGA, les actions de formation sont le plus souvent déclenchées au coup par coup, en fonction des besoins d’activité de l’entreprise, et non par anticipation. A contrario, la question du coût ne semble pas prépondérante.

De fortes disparités

L’étude fait ressortir un autre point, moins prévisible : la présence de fortes disparités entre secteurs d’activité. Ainsi, dans les métiers de la santé (pharmaciens, opticiens, prothésistes dentaires), les chefs d’entreprise sont deux fois plus nombreux à partir en formation que les autres (67,1 %). En cause, la nature des métiers, très technique, et un environnement réglementaire souvent complexe. En revanche, dans l’équipement de la personne, les transports et l’hôtellerie-restauration, le taux de formation chute à 20 %.

In fine, la majorité des dirigeants de TPE interrogés (60,7 %) déclarent placer l’efficacité professionnelle en tête de leurs besoins de formation. Les entrepreneurs individuels veulent avant tout optimiser leur organisation. La communication et le développement commercial arrivent en seconde position (23,2 %). Une tendance qui corrobore les préoccupations quotidiennes des dirigeants de petites entreprises : renforcer la prospection, pousser les ventes, donner plus de visibilité aux offres. Enfin, les thèmes en lien avec des problématiques de gestion et de comptabilité n’arrivent qu’en troisième position (21,8 %), suivis de l’informatique (18,2 %) et d’Internet (11,6 % seulement).

Pour en savoir plus :
http://www.fcga.fr


© Thibault Bertrand - Uni-éditions - Septembre 2012