Retour au site Crédit Agricole
Le blog des collectivités / Général

Une sélection d’actualités générales et financières utiles pour votre collectivité

Réussite scolaire, le rôle des maires

19 fév
Général

Février 2012

Le rôle des pouvoirs publics est fondamental dans l’organisation de l’offre scolaire. Pour les collectivités locales, il s’agit d’assurer un maillage pertinent et efficace du territoire, ainsi que de coordonner la prise en charge des élèves. Les élus locaux revendiquent une amélioration de la concertation des acteurs impliqués. Retour sur quelques points permettant de favoriser la réussite scolaire.

Le maintien des écoles contribue au dynamisme des territoires et les conditions d’accueil des enfants sont un sujet de préoccupations. Nouveaux équipements numériques, modification des rythmes scolaires, ces questions sont un enjeu de cohésion sociale : elles ont un impact sur les chances de réussite et contribuent à réduire les inégalités sociales.

L’âge de la scolarisation, facteur de réussite

La question de l’âge d’entrée à l’école est déterminante. Pour Françoise Cartron, maire d’Artigues-près-Bordeaux (33), « l’école est l’opportunité pour un enfant de s’inscrire dans un projet de société. Plus il pratique l’école maternelle, dès 3 ans, meilleures sont ses chances de réussite par la suite ». Par conséquent, il est important que les écoles puissent accueillir les enfants dès 3 ans car c’est un levier permettant de réduire les inégalités sociales. En outre, la possibilité de scolariser un enfant à cet âge répond à une réelle demande des parents et à un besoin social.

Une nécessaire concertation

Pour Christian Montin, maire de Marcolès (15), la problématique scolaire doit répondre à deux objectifs : « assurer le maillage du territoire en garantissant une relative proximité entre l’école et le domicile, mais également faire en sorte que les écoles disposent d’une dimension suffisante pour être vivantes et socialisantes ». Dans les écoles de petite tailles, les outils numériques peuvent être au service de la pédagogie, mais cela implique une concertation avec l’inspection académique. Les collectivités doivent travailler avec l’Education nationale pour mettre en place des conditions optimales d’accueil des élèves. L’organisation scolaire passe donc par une concertation approfondie. Jean-Claude Carle, sénateur de la Haute-Savoie, revendique quant à lui le passage d’une « gestion de circulaire à une gestion de contrat », ainsi que « la reconnaissance de la gestion partagée ». Pour lui, il faut « évoluer d’une logique de moyens à une logique d’investissement, et repenser toute l’organisation, marquée par un manque de réactivité ». Ce point est d’autant plus problématique, que, comme le rappelle Pierre-Yves Jardel, maire d’Orbais-l’Abbaye (51), « l’éducation des enfants coûte cher aux collectivités, c’est le premier poste de leurs budget ».

Projet de territoire

Le sujet des rythmes scolaires, actuellement remis en question, a un impact important. Cela implique de repenser l’organisation de nombreux postes relatifs à la scolarité qui sont souvent à la charge des collectivités : transports, garderies, cantines, loisirs et périscolaire qui doivent s’adapter aux horaires d’école. Les élus doivent prendre en considération toutes ces dimensions qui participent à la qualité de vie des enfants. L’élaboration d’un projet de territoire permet d’inclure toutes ces composantes.


© Jaumette Harang – Uni-éditions – janvier 2012