Retour au site Crédit Agricole
Le blog des professionnels / Activité

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour les entrepreneurs.

Le commerce de détail, un secteur très hétérogène

06 déc
Activité

Décembre 2017

Entre petits commerçants, chaînes de magasins, hypermarchés, le commerce de détail draine une large variété d’acteurs. Quel poids pèsent-ils ? Quelles sont les tendances dans le secteur ? Une étude de l’Insee met en lumière des situations extrêmement diverses.

Le commerce de détail est un secteur qui fédère une large population d’entreprises. En 2015, on dénombrait 340 000 points de vente sur le territoire, selon l’étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) sur les points de vente du commerce de détail, publiée en septembre. À quoi ressemble le point de vente type ? Il réalise un chiffre d’affaires moyen de 1,1 million d’euros, sur une surface de 250 m2, avec un effectif moyen de 5 personnes. Attention toutefois à ne pas prendre cette photographie au pied de la lettre. Seule une minorité des acteurs du commerce de détail atteint en effet ces niveaux moyens. Dans la réalité, un point de vente sur deux réalise moins de 290 000 € de chiffre d’affaires, sur une surface de vente inférieure à 69 m2 et emploie deux personnes au plus. 
 

L’effet taille joue à plein

Comme l’étude de l’Insee le rappelle, il existe dans le commerce de détail une forte corrélation entre chiffre d’affaires, effectif employé et surface de vente. Dans quelle proportion ce rapport influe-t-il ? Selon les données de l’Insee, lorsque la surface de vente augmente de 10 %, le chiffre d’affaires grimpe de 7 %. Quand c’est l’effectif qui augmente (là aussi dans la même proportion, 10 %), le rapport est supérieur, puisque l’activité s’accroît de 12 %.

De ce point de vue, l’étude de l’Insee pointe une tendance nette à l’accroissement de la surface de vente moyenne et des effectifs. Alors que le nombre de magasins est resté quasiment stable entre 2009 et 2014, la surface de vente moyenne a progressé de 9 % et le nombre de personnes occupées de 6 %. De son côté le chiffre d’affaires moyen a cru de 13 %. Pour autant, malgré cette progression d’activité, compte tenu de la hausse de l’indice des prix à la consommation sur la période (+ 7 %), il apparait une légère baisse du volume d’activité par m2.
 

Les réseaux d’enseignes : des acteurs de poids

Bien entendu, l’alimentaire non spécialisé, qui regroupe notamment les supermarchés et les hypermarchés, pèse d’un poids important dans le commerce de détail : 44 % du chiffre d’affaires du secteur. Les réseaux d’enseignes, qui regroupent d’ailleurs une partie des acteurs de la grande distribution, occupent eux aussi une place centrale en termes d’activité. Alors qu’ils ne représentent qu’un quart des points de vente, ils drainent plus des deux-tiers du chiffre d’affaires et de la surface de vente des points de vente du secteur. Leur chiffre d’affaires moyen est 6 fois plus élevé que celui des magasins hors réseau (2,8 millions d’euros contre 500 000 €).


© Thibault Bertrand - Uni-éditions