Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes un professionnel 
Nous contacter

Burn-out : comment le repérer ?

08/08/2019 - 1 min de lecture

#Salariés #Sécurité #Coups durs

tout un mag pour vous

Burn-out : comment le repérer ?

Simple stress quotidien, puis boule au ventre du lundi matin, insomnies où l’on ressasse ses dossiers et enfin souffrance permanente au travail… Jusqu’au jour où l’on se sent tellement angoissé qu’il devient impossible de se lever pour aller travailler. Est-ce un burn-out ? Venu tout droit de nos amis anglo-saxons, ce terme traduit un

UNE DÉFINITION ENCORE FLOUE
S’il n’existe pas de consensus médical autour des symptômes du burn-out, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le décrit ainsi : « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ». Le burn-out est donc nécessairement lié au travail, contrairement à la dépression où le travail n’est pas la cause première mais souvent un facteur aggravant.
Le problème du burn-out, c’est qu’il reste difficile à diagnostiquer. Contrairement à la plupart des maladies, il n’existe pas de signes biologiques et d’indicateurs fiables permettant de le déceler facilement.

LE MAL PROFESSIONNEL DU 21ÈME SIECLE ?
En France, près de 3,2 millions de personnes seraient proches du burn-out*. Considéré comme LA maladie professionnelle du siècle, ce phénomène résulterait en grande partie des transformations rapides opérées dans le monde du travail : exigence de productivité, augmentation de la précarité de l’emploi, peur du chômage, réduction des frontières entre vie pro et perso, hyper-connexion, manque de maîtrise des nouvelles technologies…
En plus de ces facteurs sociétaux, des paramètres plus individuels peuvent entrer en jeu. Tout le monde ne réagit pas de la même façon à une situation et les problèmes de la vie personnelle peuvent amplifier le mal-être au travail. Et par ricochet augmenter ce sentiment de manquer de reconnaissance dans son métier, ce besoin addictif de mettre la vie professionnelle au centre de tout. Restez vigilant, car les personnes touchées par le burn-out sont souvent des « workaholics », autrement dit des accros au travail.

UNE MALADIE MAL RECONNUE
Aujourd’hui, le burn-out n’est pas encore considéré comme une maladie « officielle ». Il n’est donc pas inscrit dans le tableau des maladies professionnelles. Ainsi seul l’aspect dépressif de la maladie peut être pris en charge par la Sécurité sociale.
Ce manque de reconnaissance aurait ainsi tendance à provoquer un diagnostic souvent tardif. Or, comme toute maladie, sans prise en charge rapide, le burn-out peut se prolonger et entraîner des complications graves comme des accidents du travail ou même un risque suicidaire. Pour éviter d’en arriver là, il est donc essentiel de savoir repérer ses symptômes.
 

BON À SAVOIR

Pour faire face au burn-out, être bien assuré est primordial. Au Crédit Agricole, profitez d’une complémentaire santé qui couvre vos frais de santé bien-sûr, mais vous propose aussi des services d’assistance précieux dans ce type de situation : aide-ménagère à domicile, garde de vos enfants…

8 SIGNES POUR LE REPÉRER
Le burn-out est un processus long avec différents degrés de gravité. Les récentes études ont permis de dresser les comportements caractéristiques d’un burn-out :
• Sentiment de ne pas être efficace au travail, de ne pas être à la hauteur.
• Impression de solitude et de manque de reconnaissance.
• Difficultés à se concentrer, à trouver ses mots, à être positif.
• Comportement obsessionnel avec le travail, horaires à rallonge.
• Problèmes d’insomnies et de fatigue croissante jusqu’à l’épuisement.
• Irritabilité et instabilité émotionnelle, problèmes relationnels.
• Soucis de santé diffus : maux de tête, douleurs, infections virales à répétition, palpitations, perte ou prise de poids…
• Addiction croissante à l’alcool, au tabac ou aux drogues.

* Etude du cabinet Technologia, publiée en mai 2014.
 

© Indiana – Juillet 2019  

Article à caractère informatif et publicitaire.
Article à caractère informatif et publicitaire. Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale.
La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale. Accédez au détail de ces produits et services en cliquant sur les liens hypertexte prévus à cet effet dans la présente page Internet.
Les garanties du contrat Complémentaire Santé sont assurées par Pacifica, entreprise régie par le code des assurances.

TOUT UN MAG POUR VOUS