Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Début de la page
Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un professionnel  Trouver une agence

Commerces alimentaires : la consigne fait son retour

11/07/2022 - 2 min de lecture

Thématiques de l'article hashtagClientèle

tout un mag pour vous

Commerces alimentaires : la consigne fait son retour

Des magasins alimentaires remettent en place la consigne. Les consommateurs y sont favorables, mais la démarche n’est pas exempte de contraintes pratiques et logistiques.

La consigne était tombée en désuétude dans les années 70, avec la généralisation de l’emballage à usage unique. Elle fait son retour dans les commerces alimentaires. Des magasins bio l’ont remise au goût du jour il y a quelques années, à charge pour leurs clients de ramener leurs bouteilles et boîtes consignées au magasin pour se faire rembourser.

Depuis, plusieurs enseignes de la grande distribution ont repris l’initiative à leur compte. Elles ont mis en place, avec des start-up de l’économie circulaire, des expérimentations dans des magasins pilotes, principalement en région parisienne. Quelques dizaines de références sont concernées, essentiellement au rayon liquides. 

UNE IDÉE PLEBISCITÉE PAR LES CONSOMMATEURS

Ces initiatives rencontrent un écho favorable auprès des consommateurs. Selon un sondage Ifop-WWF, 88% des Français se déclarent favorables à la mise en place d’une consigne pour les bouteilles et emballages. Le bénéfice environnemental est loin d’être symbolique. Selon une étude d’impact réalisée pour le secteur brassicole, la consigne des bouteilles en verre permettrait d’économiser 76% d’énergie, 33% d’eau et réduit de 79% les émissions de carbone, comparé à la fabrication de nouveaux contenants.

Reste que si l’idée est bonne, sa mise en place se heurte à d’importantes contraintes pratiques et logistiques. D’abord parce qu’il n’y a plus d’usines de lavage des contenants sur le territoire. Seules subsistent les stations de lavage utilisées par le secteur des cafés/hôtels/restaurants qui a toujours conservé le système de la consigne pour le verre et les fûts de boisson. Mais leur capacité est loin d’être suffisante pour absorber cette nouvelle demande.

Ensuite, parce que le transport des contenants vers les sites de nettoyage est fortement émetteur de CO2. D’où la nécessité d’avoir des usines de lavage disséminées sur le territoire si l’on veut limiter l’empreinte carbone de la consigne. Cela va demander du temps. Sans compter aussi, l’épineuse question de la nécessaire standardisation des contenants. 

UNE MESURE ATTENDUE MAIS REPORTÉE

Compte tenu de ces contraintes, la consignation des emballages en verre, portée par la Convention citoyenne pour le climat et la loi climat d’août 2021, qui devait intervenir à l’horizon 2025, a été reportée à une date ultérieure.

Pour l’heure, si la consigne constitue une solution d’avenir, il reste encore du chemin à faire pour passer d’un stade local et expérimental, à un déploiement à grande échelle. L’emballage à usage unique n’est pas encore prêt de disparaître.

BON À SAVOIR

88%, c’est la part des Français favorables à la mise en place d’une consigne pour les bouteilles et les emballages (Source : sondage Ifop-WWF).

© Thibault Bertrand – Uni-médias - Juillet 2022
Article à caractère informatif et publicitaire.

Liste de liens thématiques naviguez avec la touche navigation lien #Clientèle #Article

TOUT UN MAG POUR VOUS