Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Début de la page
Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un professionnel  Trouver une agence

Renouvellement des médecins, déserts médicaux : quelles solutions ?

27/04/2022 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

Thématiques de l'article #Vie locale #Financement #Décryptage

tout un mag pour vous

Renouvellement des médecins, déserts médicaux : quelles solutions ?

La désertification médicale s’étend sans discontinuer depuis les années 1980. À tel point que si rien n’est fait dans le prochaines années, 27 millions de personnes pourraient être privées d'un accès simple à un généraliste.

Aujourd’hui, près de 12% des Français – soit quelque sept millions de personnes – doivent faire des dizaines de kilomètres pour trouver un médecin. Selon une récente étude1, si rien n'est fait pour inverser la tendance, ils pourraient être 20 millions de plus d'ici à 5 ans. Soit, au total, 27 millions de personnes privées d'un accès simple à un généraliste.

QUELLE EST L’AMPLEUR DU PHÉNOMÈNE DE DÉSERTIFICATION MÉDICALE EN FRANCE ?

En 2020, une étude2  commandée par l’Association des maires de France (AMF) mettait en lumière ce véritable problème de santé publique en dévoilant que l’Hexagone ne comptait que 151 médecins généralistes pour 100 000 habitants. Une pénurie de soignants ne se limitant pas aux zones rurales : « Là où l’on recense 14,5 médecins généralistes pour 10 000 habitants autour d’Auray dans le Morbihan, il n’y en a plus aujourd’hui que 5,03 pour 10 000 habitants à Paris et dans la petite couronne » explique le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom)3. Et de préciser : « Sur l'ensemble du territoire français, seulement 20% de la population vit en zone confortable en termes d’accès aux soins de médecine générale ».

Un phénomène expliqué en partie par la baisse du numerus clausus (supprimé en 2021, il fixait chaque année le nombre d’étudiants admis en deuxième année de médecine) appliqué entre la fin des années 1970 et le début des années 1990.

Conséquence : de nombreux médecins diplômés durant cette période partent aujourd’hui à la retraite sans pour autant être remplacés. Une situation qui devrait perdurer : « En croisant les évolutions de la population avec les départs en retraite attendus de généralistes et les effectifs de jeunes en formation, et en prolongeant les tendances en matière d'installation, nous voyons clairement que les zones sous-denses dans l'est et le centre du pays devraient s'étendre, explique-t-on chez Iqvia France (une société experte de la donnée de santé, présente dans plus de 140 pays, NDLR). Les écarts territoriaux s'accentuent, et de nouveaux secteurs, relativement épargnés jusqu'ici, sont touchés, à commencer par les banlieues sud et ouest de Paris. »

PRÈS DE DEUX FRANÇAIS SUR TROIS ONT DÉJÀ RENONCÉ À DES SOINS MÉDICAUX

En France, il faut attendre 21 jours en moyenne pour consulter un généraliste, et jusqu’à 98 jours pour un dentiste4. Des délais importants qui poussent de nombreux Français à renoncer à des soins.

Pour ne rien arranger, « c’est dans les départements où la densité médicale est la plus faible que les médecins sont aussi les plus âgés » notent les auteurs de l’étude commandée par l’AMF.

L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, UNE DES RÉPONSES À LA DÉSERTIFICATION MÉDICALE

L’aménagement du territoire est un facteur non négligeable de la désertification médicale. En effet, les régions moins dotées en équipements et en infrastructures (gares, commerces, activité économique et culturelle, etc.) ont du mal à attirer les médecins, par ailleurs fermement opposés à toute régulation de leur liberté d’installation.

En outre, entre la location (ou l’achat) d’un cabinet et de son mobilier, d’une voiture, de matériel médical, de matériel bureautique, d’une patientèle, mais aussi la souscription aux assurances obligatoires, le coût d’installation d’un médecin libéral est conséquent. Et représente un frein à une meilleure répartition de l’offre de santé.

DES AIDES À L’INSTALLATION POUR ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Pour tenter d’inverser la tendance, les pouvoirs publics ont mis en place différentes aides à l’installation. Ainsi, lorsqu’un médecin s’implante dans un territoire sous-doté, il est éligible à une aide versée par l’Assurance maladie : le contrat d’aide à l’installation des médecins (Caim). Son montant varie selon le nombre de jours d’activité dans un désert médical : 50 000 euros si le médecin exerce quatre jours par semaine, 43 750 euros pour trois jours et demi, 37 500 euros pour trois jours, et 31 250 euros pour deux jours. La somme est versée en deux fois, 50% à l’arrivée du médecin dans le territoire, puis les 50% restants au bout d’un an. Dans certains cas, le montant de l’aide peut même atteindre les 60 000 euros selon la criticité de la zone où le médecin s’installe. Dès lors, c’est l’agence régionale de santé (ARS) qui verse un complément.

Un système d’aides devenu aujourd’hui plus que jamais indispensable.

BON À SAVOIR

Fort du premier partenariat avec la Banque européenne d’investissement (BEI), sur la thématique de la désertification médicale et des maisons de santé, le Crédit Agricole se positionne comme un acteur accompagnant les professions libérales de santé.

En mars 2022, la Banque européenne d’investissement (BEI) et le Crédit Agricole ont conclu un nouveau partenariat de 400 millions d’euros pour répondre aux besoins de financement des professionnels et indépendants ou des petites et moyennes entreprises (PME) actifs dans les secteurs de la santé et de la pharmacie en France.

Des attentions particulières sont portées à l’installation des professionnels de santé avec une enveloppe minimale de 50% du financement global spécifiquement dédié à cette priorité nationale, et 30% dédiés à l’installation particulièrement des femmes professionnelles de santé.

Cette enveloppe est distribuée par la Crédit Agricole et peut servir :  

  • aux financements jusqu’à 100% des projets
  • pour les professionnels de la santé respectant
  • des critères d’éligibilité,
  • investissant dans du matériel et/ou de
  • l’immobilier et/ou dans les biens incorporels (type fonds de commerce) et pour le prêt d’un montant minimum de 50K€ à taux préférentiel par rapport à un crédit Pro « classique »

Pour étudier votre projet, contactez un Conseiller du Crédit Agricole.

(Ces prêts, accordés sous réserve d’acceptation par votre Caisse régionale du Crédit Agricole participante, prêteur, sont soumis à conditions notamment au respect de critères d’éligibilité définis par la Banque Européenne d’Investissement et de disponibilité des fonds auprès de cette dernière lors de votre demande de prêt. Renseignez-vous sur la disponibilité de ce financement auprès de votre Conseiller du Crédit Agricole, et sur les critères d’éligibilité définis par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et vérifier avec lui l’éligibilité de votre projet).

© Uni-médias – Avril 2022
Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.
Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale. La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale, prêteur.

Liste de liens thématiques naviguez avec la touche de votre synthèse vocale #Vie locale #Financement #Décryptage #Article

TOUT UN MAG POUR VOUS