Retour au site Crédit Agricole
Le blog des associations / ACTIVITE

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre association

Des bénévoles plus nombreux mais moins fidèles

30 juin
Des bénévoles plus nombreux mais moins fidèles
ACTIVITE

il y a 5 mois

Quelles sont les nouvelles formes d’engagement ? Comment y répondre ? Quelles attentes suscitent-elles chez les bénévoles ?... Telles sont les questions auxquelles a voulu répondre le Haut Conseil à la vie associative (HCVA) dans une étude sur les nouvelles formes d’engagement.

Dans sa note disponible en ligne, le Haut Conseil à la vie associative (HCVA) relève que même si le nombre de bénévoles continue de progresser et notamment chez les moins de 35 ans, certains responsables associatifs déplorent que ceux-ci ne veuillent plus s’engager dans la durée. Pour les auteurs de l’étude, un certain "zapping" bénévole s’est développé qui nuit à la mise en œuvre des projets à moyen terme.

Des bénévoles qui s’engagent ponctuellement

L’engagement bénévole a en effet beaucoup évolué depuis 15, 20 ans. De la même façon qu’on ne reste plus toute sa vie dans la même entreprise, on ne reste plus toute sa vie bénévole dans la même association. Les bénévoles s’engagent davantage pour des causes ponctuelles dont ils peuvent voir rapidement les effets positifs (distribution de repas, soutien scolaire aux enfants en difficulté...). Le Haut Conseil présente plusieurs associations récemment créées qui s’adaptent à ces évolutions et aux nouvelles attentes des bénévoles. Il cite notamment Benenova, une association née en 2013, inspirée d’une expérience américaine, qui repose sur le principe d’un engagement de 2 heures par des bénévoles pour une action de terrain. Les personnes qui le souhaitent peuvent s’inscrire directement en ligne pour une action ponctuelle sans aucun autre engagement. À ce jour, Benenova a déjà réalisé 1 300 missions.
Le HCVA rappelle que les raisons de s’investir dans les mouvements associatifs sont, pour 68 % des bénévoles de défendre des valeurs de solidarité, pour plus de 65 % de s’impliquer dans la vie locale et pour 54 % de recréer du lien social. Il signale également que pour de nombreux bénévoles, l’engagement participe de la reconnaissance de soi tout en étant au service des autres. Mais il constate qu’une certaine précarisation, et une vision incertaine de l’avenir, rendent le bénévole plus volatil et moins impliqué dans des fonctions de responsable. L’envie de faire du bénévolat, de se rendre utile reste forte, mais la fidélité à une seule association n’est plus la caractéristique de l’engagement.

Bien accueillir et fidéliser les bénévoles

Pour le HCVA, il est impératif dans ce contexte que les associations s’interrogent sur la manière dont elles accueillent les bénévoles, les fidélisent. Il insiste notamment sur la nécessité de clarifier les relations entre les associations et les bénévoles en leur remettant par exemple un document type livret d’accueil, dans lequel seraient précisés notamment, le projet de l’association, le rôle des bénévoles et la relation avec les autres acteurs (salariés, volontaires). Pour répondre au besoin d’avoir des bénévoles réguliers, il suggère d’aider les bénévoles qui le souhaitent à valoriser les acquis de leur engagement, que ce soit les jeunes dans leur parcours d’insertion, ou les personnes en difficulté.
Enfin, le Haut Conseil conclut en rappelant que la gouvernance des associations doit reposer sur la démocratie et que les mandats dans les instances de décisions ne doivent plus être occupés que par une certaine catégorie de population : des hommes, retraités, de catégorie sociale plutôt élevée.


© Anne Le Mouëllic – Uni-éditions – juin 2016