Retour au site Crédit Agricole
Le blog des associations / DIRIGEANT

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre association

Le poids de la philanthropie en Europe

14 sep
Le poids de la philanthropie en Europe
DIRIGEANT

Septembre 2015

En Europe, les comportements en matière de dons des particuliers sont extrêmement disparates d’un pays à l’autre. C’est ce que révèle l’étude Panorama de la philanthropie en Europe réalisée par l’Observatoire de la Fondation de France et le Centre d’étude et de recherche sur la philanthropie (CerPhi) en avril dernier.

L’enquête a comparé les habitudes et les motivations des donateurs dans dix pays (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Pays-bas, Pologne, Royaume-Uni, Suède, Suisse). Principal enseignement : il n’existe pas de portrait-robot du donateur européen, il existe autant de visages de la philanthropie européenne que de pays. La générosité s’exprime en Europe dans une multitude de contextes différents : héritages culturels, bouleversements historiques, difficultés économiques actuelles, contexte fiscal, conception du rôle de l’individu et de la collectivité, structuration du secteur caritatif, mais aussi professionnalisation des méthodes de la collecte de fonds.

Comparaison Europe/États-Unis

Le pourcentage de donateurs européens (44%) et le montant total des dons (22,4 milliards d’euros) sont très faibles par rapport aux chiffres des États-Unis (95% de donateurs pour 224 milliards d’euros).
Le nombre total de donateurs estimé pour l’ensemble des dix pays étudiés s’élèverait à près de 149 millions.
L’évolution de la générosité des particuliers suit des tendances très différentes selon les pays. Les dons belges, allemands et français sont en croissance alors que les dons espagnols, hollandais et britanniques sont en déclin.

Le Royaume-Uni en tête des dons

Le pays comptant le plus grand nombre de donateurs est le Royaume-Uni (28 millions). Viennent ensuite la France (25 millions), l’Allemagne et la Pologne (autour de 23 millions de donateurs chacune). Ces quatre pays rassemblent à eux seuls 68% des donateurs du périmètre étudié.
Les trois pays dont les donateurs particuliers contribuent le plus au total des dons recensés sont le Royaume-Uni (près de la moitié du total des dons européens), l’Allemagne et l’Italie. Les dons français occupent la 4ème position de ce classement et représentent environ 9% du total des dons européens.

Les causes prioritaires

Pour les Allemands, les Belges et les Suisses, l’aide internationale et humanitaire est la priorité. Ailleurs en Europe, les solidarités nationales priment : les donateurs français et espagnols affectent avant tout leurs dons à la prise en charge de leurs concitoyens les plus vulnérables. Dans deux pays, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, la religion est la première cause soutenue par la philanthropie individuelle. Enfin, même si elles ne rassemblent pas les montants les plus importants, les questions de santé touchent un très grand nombre de donateurs.

Pour en savoir plus :

Lire l’étude complète Panorama de la philanthropie en Europe sur le site de la Fondation de France


© Anne Le Mouëllic – MIG/Uni-éditions – septembre 2015