Retour au site Crédit Agricole
Le blog des associations / FINANCES

Une sélection d’actualités générales, financières et sociales utiles pour votre association

Le mécénat d’entreprise, une ressource grandissante pour les associations

22 juin
FINANCES

Juin 2011

Le mécénat d’entreprise représente 3 % des ressources des associations. Un chiffre qui augmente, dû au désengagement des pouvoirs publics du financement de la vie associative. Financier, en nature ou de compétences, les types de mécénats permettent à l’entreprise de bénéficier des exonérations fiscales au titre des dons aux organismes d’intérêt général.

Un soutien sociétal sans contrepartie

En 2009, les entreprises ont consacré 2,5 milliards d’euros au mécénat. Au total, 23 % des sociétés de 20 salariés (30 000 entreprises environ) le pratiquent. Les premiers bénéficiaires de ce soutien des sociétés sont les secteurs de la solidarité et de la culture.

Le mécénat est définit comme étant « un soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général ». Il se distingue donc du parrainage (sponsoring) qui pourrait s’apparenter à la vente par l’association d’une prestation publicitaire pour le compte de l’entreprise. Les sociétés mécènes peuvent déduire 60 % du montant de leurs dons aux associations dans la limite de cinq pour mille de leur chiffre d’affaires (voir liens ci-dessous).

Pour l’entreprise, le mécénat est un moyen de communiquer sur son engagement sociétal. Il s’insère parfaitement dans le cadre de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Pour l’association, il représente l’occasion de diversifier ses ressources financières, d’avoir accès aux compétences dont elle manque en interne ou, encore, de bénéficier de matériel trop coûteux pour elle.

Les nouveaux mécénats

Si le mécénat financier (apport d’un montant en numéraire) reste le plus courant et le plus important en terme de volume, d’autres genres de mécénats se développent. Par exemple, 33 % des entreprises mécènes choisissent le mécénat en nature et 45 % des sociétés mécènes de 200 salariés et plus pratiquent le mécénat de compétences.

Le mécénat en nature revient à offrir des biens inscrits en immobilisation (des ordinateurs, du matériel de bureau…) ou de marchandises inscrites en stock (denrées alimentaires, produits de l’entreprise). L’entreprise peut également mobiliser une technologie qu’elle développe ou qu’elle utilise au bénéfice d’une association.

Le mécénat de compétences, autorisé par la loi de 2003 sur le mécénat, correspond à la mise à disposition gracieuse de salariés volontaires, pendant leur temps de travail. Il peut s’agir d’un prêt de main-d’œuvre (pour la distribution de repas aux plus démunis assurée par une association caritative) ou de prestations de services (développement du site Internet de l’association, élaboration d’une comptabilité analytique…). On parle aussi de bénévolat de compétences quand les salariés interviennent en dehors de leur temps de travail.

Certaines associations ont mis en place leur propre club d’entreprises. Le principe : chaque entreprise s’acquitte d’un droit d’entrée, y rencontre les autres mécènes (développement d’un réseau local), et participe à des opérations particulières. Un club d’entreprises est le moyen d’instaurer des relations pérennes avec les entreprises, lorsque les associations « souffrent » de partenariats trop ponctuels avec celles-ci.

En savoir plus :
- Article 238 bis du Code général des impôts
- Loi n°2003-709 du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations


© Uni-éditions – septembre 2010