Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes une association 
Nous contacter

Crise du Covid-19 : les enjeux de la mobilisation citoyenne

18/09/2020 - 2 min de lecture

Rubrique : Activité

#Solidarité #Bénévolat

tout un mag pour vous

Crise du Covid-19 : les enjeux de la mobilisation citoyenne

Au début de l’été, le Haut conseil à la vie associative (HCVA) a publié une analyse sur la mobilisation citoyenne durant la crise sanitaire générée par le coronavirus. Il avance notamment quelques pistes de réflexion pour poursuivre et intensifier cette mobilisation.

Dans son avis publié en juin dernier, le Haut conseil à la vie associative (HCVA) a souligné que la « crise a fait éclore une vague de solidarité sans précédent » et que « dès le premier jour, les associations se sont mobilisées. » Mais il s’interroge sur les prochains mois en rappelant que la crise sanitaire a et aura des effets multiples, dont certains n’ont pas encore été perçus. « Qu’en sera-t-il demain, cette formidable « levée » de citoyenneté pourrait-elle tenir dans la durée, à quelles conditions et avec quels moyens ? »

ENCOURAGER L’ENGAGEMENT DES JEUNES ET INTERGÉNÉRATIONNEL

Pour encourager la mobilisation citoyenne à se poursuivre et même s’intensifier, le HCVA, dont la mission est notamment de proposer toute mesure utile au développement de la vie associative, formule plusieurs propositions. Il recommande en premier lieu d’encourager l’engagement des jeunes. « De nombreuses associations ont noté le grand nombre de jeunes venus s’engager pour la première fois », est-il écrit dans l’avis. « Il faut pouvoir les fidéliser, les accompagner, leur proposer des actions compatibles avec leur mode de vie et valoriser le temps donné, les compétences acquises et la prise d'initiative. »

Plus largement, le HCVA insiste sur l’importance de favoriser l’engagement intergénérationnel. Il dresse le constat que « la situation sanitaire a pu écarter les bénévoles les plus âgés qui dans certaines associations tiennent une place importante. » Selon lui, « l’après-crise ne doit pas être l’occasion d’un conflit de générations, au contraire, l’occasion est donnée de travailler pour un bénévolat intergénérationnel avec le développement, par exemple, d’un tutorat et d’un apprentissage partagé. »

FORMER LES BÉNÉVOLES ET ACCOMPAGNER LES ASSOCIATIONS

Autre préconisation : la formation des bénévoles. Le HCVA estime que « la période que nous venons de traverser a montré une fois encore la nécessité d’accompagner et de former les bénévoles. » Il rappelle que cela constitue un élément de fidélisation, de valorisation du bénévolat. Il prône également l’augmentation de la dotation du fonds de développement de la vie associative.

Enfin, il insiste sur l’importance d’accompagner les associations afin qu’elles « puissent fidéliser les femmes et les hommes qui se sont engagés spontanément. » Le HCVA interpelle les pouvoirs publics qui « doivent », selon lui, « être au rendez-vous pour apporter leur aide. » Ce qui passe selon lui par des moyens supplémentaires pour notamment le soutien des structures de mise en réseau.

En conclusion, le HCVA estime aussi qu’ « il est nécessaire aujourd’hui et dans les prochains mois, de se donner le temps d’une évaluation partagée, pour mesurer ce qui a bien fonctionné et le reproduire, (…) permettant à tous les acteurs de travailler ensemble au bien commun. »

 

© Anne Le Mouëllic – Uni-Médias – Septembre 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.