Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes une association 
Nous contacter

Les jeunes de plus en plus engagés

17/05/2019 - 2 min de lecture

Rubrique : Activité

#Bénévolat

tout un mag pour vous

Les jeunes de plus en plus engagés

L’association France Bénévolat vient de publier une étude sur l’engagement citoyen et bénévole des jeunes, dix ans après une première enquête sur le sujet. Ses constatations sont encourageantes.

Selon l’étude L’engagement citoyen et bénévole des jeunes réalisée par France Bénévolat qui vient d’être publiée, les jeunes sont de plus en plus impliqués. En effet, 3 340 000 jeunes de moins de 35 ans étaient engagés bénévolement dans les associations en 2016, contre 2 500 000 en 2010, soit un taux qui est passé de 16% à 21,3%. Ce sont donc les jeunes qui tirent la progression de l’engagement associatif en France.

UN BÉNÉVOLAT D’ACTIONS COLLECTIVES

Pour France Bénévolat, les jeunes privilégient le bénévolat d’actions plutôt que le bénévolat de projets. Une tendance déjà identifiée mais qui se confirme nettement. Les jeunes recherchent des actions précises dont le résultat doit être immédiat. Pour les auteurs de l’étude, cette évolution est considérablement accentuée par la révolution numérique et le sera encore plus à l’avenir. Et elle a au moins deux conséquences lourdes. En premier lieu, la culture de l’immédiateté se renforce (par exemple : on fait immédiatement suite à une sollicitation des réseaux sociaux), sans projection sur l’avenir. En second lieu, les jeunes engagés montrent une préférence pour le bénévolat direct ou des collectifs éphémères, sans passer par des projets associatifs institués.
Autre enseignement de l’étude : les jeunes aspirent à « faire ensemble », plutôt que « faire pour ». Un phénomène déjà évoqué par La Fonda (espace de réflexion où échangent et débattent des personnes de tous horizons), dès 1993, mais qui se confirme. Alors que les associations raisonnent en « missions individuelles », avec encore des formulations parfois proches de postes de travail, les jeunes raisonnent en « projets collectifs ». Pour France Bénévolat, « il y a là une vraie révolution culturelle à accomplir, à peine amorcée. » Les auteurs de l’étude soulignent tout de même qu’« une fois le projet identifié et formulé, il n’y a aucun problème pour développer des logiques de coopération intergénérationnelle. Les jeunes sont très demandeurs de parrainage d’adultes, sous réserve, bien sûr, de postures de bienveillance et d’accompagnement, et pas d’autorité. »

UN BÉNÉVOLAT UTILE POUR SOI

En ce qui concerne l’intégration des jeunes dans les associations, France Bénévolat constate que même si des progrès ont été faits, les associations, en particulier celles des secteurs sanitaire et social, ont encore des difficultés à intégrer des jeunes, en tenant compte de leurs désirs, de leurs attentes et de leurs disponibilités.
Les auteurs de l’étude expliquent d’ailleurs que les motivations liées au bénévolat ont évolué. « S’il y a clairement une montée de l’hédonisme et la fin du "bénévolat sacrificiel", c’est un équilibre plus subtil entre le bénévolat pour les autres (…) et le bénévolat pour soi (besoin de développement personnel, besoin de développer des compétences, besoin de sociabilité, besoin de sortir de la solitude qui concerne toutes les générations, besoin de se créer des réseaux pour trouver du travail), qui s’établit. »

 

© Anne Le Mouëllic – Uni-Médias – mai 2019

Article à caractère informatif et publicitaire.