Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Début de la page
Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un client banque privée  Trouver une agence

S’offrir des parts de vignobles

17/12/2021 - 2 min de lecture

Thématiques de l'article #Diversification du patrimoine

tout un mag pour vous

S’offrir des parts de vignobles

Nul besoin d’investir une vraie fortune pour être propriétaire de plusieurs parcelles de vignes en Bourgogne ou en Bordelais, et déguster les bouteilles issues de leur exploitation. Les Groupements Fonciers Viticoles (GFV) vous offrent l’opportunité d’un placement plaisir à cultiver sur le long terme.

Devenir vigneron par délégation, c’est possible en toute simplicité et avec une mise de fonds modeste, grâce aux Groupements fonciers viticoles (GFV). Dès 5 000€, il est possible de souscrire des parts de GFV, investis dans les vignobles du Bordelais, de Bourgogne ou même de Champagne. Les GFV sont des sociétés civiles qui acquièrent des vignobles et les donnent en location à long terme à un vigneron. Chaque année, le montant de ce loyer est fixé par la préfecture, en liaison avec l'interprofession viticole. Le GFV redistribue une part de ce fermage à ses associés. Autant le dire, le rendement est peu élevé : de 1 à 3% par an, quand les associés décident d’être payés en numéraire. Car ils peuvent aussi choisir d’être réglés en bouteilles de « leurs » vignobles. En optant pour un paiement en nature, le rendement annuel correspondant à la valeur des bouteilles est majoré de 1 à 2 points par rapport à un paiement en numéraire.

SE CONSTITUER UNE BONNE CAVE A PETITS PRIX

Dans tous les cas, l’investisseur bénéficie, par ailleurs, du privilège d'acquérir du vin de son propre groupement viticole à un "tarif propriétaire". Un avantage qui permet d’accroître encore la performance de son investissement. Mais ce rendement reste théorique, car un souscripteur GFV est le plus souvent motivé par la dimension plaisir de son investissement, préférant se constituer une belle cave à petits prix pour le bonheur d’en profiter et non dans l’objectif de la revendre. Cette dimension plaisir se retrouve dans la possibilité de participer à la vie de l’exploitation, les associés étant régulièrement informés de ses activités et développement. Ils se retrouvent, en outre, chaque année sur les lieux du domaine pour participer à l’assemblée générale.

UN AVANTAGE FISCAL QUI ENCOURAGE LA FIDELITÉ

Souscrire à des parts de GFV constitue un investissement de très long terme, consistant à accompagner un vigneron sur la durée. Bien que les sociétés de gestion des groupements animent un marché secondaire de revente des parts, l’opération peut prendre un délai très long faute d’acheteurs disponibles. Cet horizon lointain laisse espérer une plus-value à la revente. En 2020, les prix du foncier viticole ont continué à progresser de 1,3% en moyenne, soit plus modestement que les années passées en raison de la crise sanitaire.

Reste que la vigne est une passion qui se transmet souvent à la génération suivante. D’autant que les transmissions de parts de GFV bénéficient d’un cadre fiscal avantageux : les droits de mutation sont calculés après un abattement de 75% sur la valeur des parts, dans la limite de 300 000€ et de 50% sur la fraction qui dépasse ce seuil. Pour en profiter, la durée du bail signé entre le GFV et le vigneron doit être d’au moins dix-huit ans.

BON À SAVOIR

+ 1,3%, c’est l’augmentation moyenne en 2020 du prix de l’hectare de vigne AOP (Appellation d’origine protégée), valorisé à 150 500€ en moyenne (source Safer). 

© Alexandre Roman – Uni-médias – Décembre 2021
Article à caractère informatif et publicitaire.

Liste de liens thématiques naviguez avec la touche de votre synthèse vocale #Diversification du patrimoine #Article

TOUT UN MAG POUR VOUS