Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes un client banque privée 
Nous contacter

Private Equity

 

Qu’est-ce que c’est ?

Le capital-investissement ou « Private Equity » désigne la prise de participation par des investisseurs (fonds d’investissement, banques, assurances…) dans des entreprises non cotées, pour qu’elles puissent financer les étapes clés de leur vie. L’apport de fonds propres leur permet de se doter des moyens supplémentaires pour gagner des parts de marchés, se lancer à l’international, investir dans l’innovation, réaliser une partie de leur patrimoine…

L’investisseur financier, en tant que nouvel actionnaire, peut également avoir un rôle de conseil auprès de l’équipe dirigeante.

L'objectif pour les investisseurs est de réaliser des plus-values à plus ou moins long terme. Les participations dans les entreprises sont généralement conservées pendant 5 à 8 ans, jusqu’à ce que les objectifs d’investissement aient été atteints. Elles sont ensuite généralement revendues à d’autres investisseurs financiers, ou alors la société fait l’objet d’une cession industrielle, voire d’une introduction en Bourse.

Les particuliers peuvent investir dans les fonds de « Private Equity » à travers les FCPR, les FCPI et les FIP, véhicules de placement qui leur sont dédiés : 

  • Les Fonds Communs de Placement à Risques (FCPR), sont investis à hauteur de 50 % minimum en titres de PME ou ETI européennes non cotées.
  • Les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI) dont au moins 70 % des actifs sont investis dans des PME, non cotées, considérés comme innovantes (les critères du caractère innovant étant fixés par la réglementation).
  • Les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) dont l’actif est composé au minimum de 70 % de titres de PME régionales françaises, non cotées, situées dans quatre régions limitrophes.

 

Les atouts du « Private Equity »

  • Le marché français dispose d’un tissu dense et dynamique de PME (petites et moyennes entreprises) et d’ETI (entreprises de taille intermédiaire) qui offrent pour l’investisseur un potentiel de gain. Du fait de leur taille modeste, ces entreprises offrent des perspectives de croissance plus élevées que celle des grands groupes cotés.
  • C’est un investissement complémentaire des autres classes d’actifs. Sa moindre corrélation avec les marchés boursiers peut permettre alors d’optimiser le couple « rendement-risque » global de l’ensemble de ses portefeuilles et d’améliorer potentiellement la gestion globale de son patrimoine.
  • Au-delà du caractère purement financier, le capital-investissement permet de diversifier son patrimoine dans « l’économie réelle », grâce au soutien qu’il apporte au développement des entreprises les plus dynamiques et les plus innovantes.


Les risques et points d’attention avant d’investir dans un Fonds de « Private Equity »

  • Risque de perte en capital : toutes ces entreprises ne réussissent pas ; il y a donc un risque significatif de perte des sommes investies. Il est conseillé de confier la sélection des dossiers d’investissement à des professionnels et de ne pas y consacrer plus de 5% de ses actifs.
  • Risque de liquidité : c’est un type d’investissement qui n'est pas aussi liquide que celui de la Bourse. Les prises de participations dans des sociétés non cotées ou cotées pourront amener le Fonds à ne pas être en mesure de céder rapidement ses actifs ou à les céder à un prix inférieur à celui attendu.
  • Blocage des rachats : L'attention des particuliers est attirée sur le fait que l’investissement dans un Fonds de Private Equity est généralement bloqué pendant une durée de 8 à 10 ans au cours de laquelle ils ne pourront pas demander le rachat de leur part. Les investissements de « Private Equity » sont par nature plus longs que les investissements sur les marchés financiers. Il n’est donc pas possible de pratiquer des stratégies comme la vente à court‐terme ou « l’arbitrage » pour réagir à certains cycles économiques.

 

Ce document est communiqué à titre d’information exclusivement et ne constitue pas une offre d’achat, un conseil en investissement, une sollicitation de vente ou un contrat ou un engagement de quelque nature que ce soit.


Version du 03/07/2018