Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes un agriculteur 
Nous contacter
error component
Une erreur est survenue
dans l'affichage de cet élément

Avis d'expert : le prix du porc devrait poursuivre sa baisse

Pourquoi le prix du porc est-il en baisse ? Comment va évoluer la situation ? Eléments de réponse avec Baptiste Lelyon expert productions animales à Crédit Agricole SA.

POURQUOI LE PRIX DU PORC EST-IL EN BAISSE DEPUIS QUELQUES SEMAINES ?

"Après une crise majeure en 2015 et début 2016, la filière porcine a connu une période de prix haut sur les 18 derniers mois avec un cours moyen du porc à 1,42 €/kilo de carcasse sur cette période. Cette bonne tenue des marchés s’expliquait principalement par des importations chinoise de viandes de porc en très forte progression. Malheureusement, ce qui a engendré la hausse des prix en 2016 est également ce qui est la cause de la baisse des cours depuis quelques semaines. En effet, les importations de porc par la Chine ont reculé d’un tiers sur les 7 premiers mois de l’année. En l’espace d’un mois et demi, le prix du porc a perdu 20 centimes pour s’établir à 1,28 €/kg de carcasse au 25 septembre.

Si le ralentissement des exportations européennes est la principale cause de la morosité sur le marché du porc, le climat humide et gris de la fin de l’été n’a pas non plus stimulé la consommation de porc. On constate d’ailleurs que les achats des ménages relevés par le panel Kantar font état d’une chute de la consommation de viande de porc fraiche de 13 % entre l’été 2016 et 2017."

 

QUELLE SERA L’EVOLUTION DES COURS POUR LES PROCHAINES SEMAINES ?

"Le ralentissement du marché chinois semble s’amplifier sur les derniers mois et devrait donc continuer à entraîner le prix du porc à la baisse pour les semaines à venir. En outre, les Etats-Unis restent agressifs sur le marché mondial et sont nos principaux concurrents pour l’export vers les destinations asiatiques.

La chute des cours aurait sans doute été encore plus forte si la production européenne n’était pas en baisse. On constate en effet que les abattages de porc reculent de 2,1 % sur le 1er semestre 2017 dont une baisse de 3,5 % pour la France et 2,4 % pour l’Allemagne.

Toutefois, actuellement les facteurs baissiers sont plus forts que les éléments de rebond.

Cependant, la préoccupation des producteurs porte autant sur la baisse des prix que sur l’écart qui existe désormais entre le prix du porc en France et celui en Allemagne ou en Espagne qui est supérieur de plus de 20 centimes et qui dénote un écart de valorisation important à la fois sur la marché intérieur mais également vers l’export."

 

QUELS IMPACTS SUR LES EXPLOITATIONS FRANÇAISES ?

"La situation des trésoreries d’exploitations est saine aujourd’hui. Le niveau de prix couvre encore en moyenne les coûts de production et les éleveurs avaient pu reconstituer les trésoreries au cours de la période favorable sur les 18 derniers mois. Cependant, si le recul des cours se poursuit pour atteindre des niveaux que nous connaissions au début de l’année 2016, c’est-à-dire aux alentours 1,10 €/kg, les trésoreries des élevages seraient alors mises à mal.

Plus que les trésoreries, ce sont également tous les projets d’investissement qui pourraient être reportés voire annulés à cause de ce retournement de conjoncture. Lors du Space, les acteurs de la filière porcine ont appelé les éleveurs à profiter des bonnes conditions de marché pour investir dans les bâtiments d’élevage, qui en France sont âgés en moyenne de plus de 20 ans. Cela permettrait de gagner en productivité grâce à de meilleures performances techniques et ainsi de ne pas se faire distancer par nos voisins et concurrents européens. Cependant, ce revirement récent des marchés pourrait remettre en cause les projets des agriculteurs."

Pour aller plus loin, retrouvez l’actualité de la filière élevage sur pleinchamp.com

© Pleinchamp – septembre 2017

TOUT UN MAG POUR VOUS