Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un agriculteur 
Nous contacter

L’agritourisme face à la crise sanitaire

09/07/2020 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Argent #Coups durs #Décryptage

tout un mag pour vous

L’agritourisme face à la crise sanitaire

L’agritourisme constitue une source de diversification vitale pour de nombreux agriculteurs. Après un printemps avorté pour cause de coronavirus, la haute saison devrait en amoindrir l’impact.

Un peu moins d’un milliard d’euros, 936 millions d’euros exactement : c’est le chiffre d’affaires généré par les activités touristiques du réseau Bienvenue à la ferme, lequel fédère environ 8 000 adhérents à travers toute la France. Avec Gîtes de France, dont 15% des 42 000 propriétaires sont agriculteurs, et Accueil Paysan, qui compte 1 200 structures d’accueil, Bienvenue à la ferme est l’un des trois réseaux représentatifs de l’accueil à caractère touristique, pédagogique ou encore social en milieu rural. L’agritourisme est à la croisée d’intérêts partagés entre des agriculteurs soucieux de diversifier leurs revenus et des vacanciers en quête de nature et d’authenticité, deux valeurs cardinales auxquelles il faut ajouter la volonté mutuelle d’entretenir sinon de restaurer les liens et le dialogue entre deux communautés que la démographie et la sociologie éloignent.

L’IMPACT DE L’ÉPIDÉMIE

Une bienfaitrice alchimie que l’épidémie de coronavirus a mise à mal au cours des trois mois passés. Accueil Paysan fait part d’une perte de plus de 80% de chiffre d’affaires pour plus d’un tiers de ses adhérents. Selon le réseau Bienvenue à la ferme, qui a réalisé une enquête auprès de 600 adhérents, la perte de revenus subie par ses adhérents sur les activités d’agritourisme se situe en moyenne à 18 000€. Les exploitants offrant le gîte et le couvert sont bien entendu impactés mais pas seulement. Les fermes pédagogiques, accueillant du jeune public, estiment que le manque à gagner sur l’année sera de l’ordre de 25 000€. Les fermes équestres ne sont pas mieux loties. De plus, l’annulation des portes ouvertes dans le cadre de Printemps à la ferme représente également une perte, à la fois de revenus car ils permettent aux producteurs de se faire connaître des consommateurs à travers un événement festif mais également de temps et de frais nécessaires à leur organisation.

UN PLAN DE RELANCE

Selon l’enquête de Bienvenue à la ferme, 40% des répondants ont estimé être en danger ou incertains quant à la pérennité de leurs activités en agritourisme pour les mois à venir. Pour relativiser ce pessimisme, précisons que l’enquête avait pris fin le 15 mai, soit quelques jours après la sortie du confinement. Depuis, l’assouplissement des règles sanitaires a permis aux Français d’esquisser des projets de vacances, sans forcément se risquer à passer les frontières au regard des incertitudes pesant sur les formalités administratives liées aux voyages, auxquelles se surajoute le risque de résurgence de la maladie. Le réseau Bienvenue à la ferme ne baisse pas les bras. Il vient d’annoncer le lancement d’un plan de redressement à court terme destiné à faciliter l’accès aux mesures de soutien et à favoriser l’activité et l’attractivité, via un plan de communication. D’ici à septembre, le réseau proposera à ses adhérents la possibilité d’intégrer une plateforme de réservation en ligne, susceptible d’améliorer le référencement du site et d’attirer de nouveaux adhérents.

 

© Raphaël Lecocq – Uni-Médias – Juillet 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.