Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un agriculteur  Trouver une agence

La génétique au secours du blé tendre face au climat

21/01/2021 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Décryptage #Innovation

tout un mag pour vous

La génétique au secours du blé tendre face au climat

Alors que le progrès génétique est crédité d’un grain de rendement annuel compris entre 0,5 et 0,6 quintal par hectare par an, les rendements plafonnent depuis 20 ans. La faute au changement climatique, selon les chercheurs. Dans les années à venir, la génétique va poursuivre son œuvre de neutralisation de ses effets.

La sélection génétique est un des leviers d’adaptation des cultures au changement climatique. Le blé n’échappe pas à la règle. Un enjeu largement anticipé par la recherche, notamment en France, 5ème producteur mondial. En 2011, une trentaine de partenaires publics et privés, dont une dizaine d’obtenteurs (ceux qui créent une variété nouvelle), ont initié un programme de recherche spécifique, explorant tous les champs des possibles permis par la discipline, du décryptage du génome, à l’adaptation au changement climatique en passant par l’exploration exhaustive de la diversité génétique de l’espèce. Résultats : d’ici à 2028, les premières variétés intégrant la nouvelle et future donne climatique devraient arriver sur le marché.

SÉCURISER LE RENDEMENT

En France, les impacts du climat se font ressentir à deux stades végétatifs en particulier que sont la montaison en butte à des épisodes de sécheresse plus fréquents et le remplissage du grain pénalisé par des vagues de forte chaleur. Les chercheurs estiment que le progrès génétique sera de nature à compenser les effets dépressifs de ces phénomènes sur les rendements. Mais ces derniers ne devraient cependant pas progresser, en dépit des apports de la sélection. Selon les chercheurs, la génétique est responsable d’un gain de rendement compris entre 0,5 et 0,6 quintal par hectare et par an. Mais depuis 20 ans, les bénéfices de la sélection sont en grande partie annihilés par les effets du changement climatique qui se fait déjà ressentir et qui se traduit notamment par une plus forte variabilité annuelle des rendements, fragilisant l’économie des exploitations.

LUTTER CONTRE LES BIOAGRESSEURS

Avec la sécurisation des rendements, la quête de stabilité est un des autres objectifs de la sélection génétique. Mais celle-ci devra aussi prémunir l’espèce de nouveaux bioagresseurs, que le changement climatique ne va pas manquer d’amener. Sur ce point, les chercheurs ont davantage de mal à anticiper le phénomène car il met en jeu trois paramètres que sont la plante, les pathogènes et le climat. Qui plus est, ravageurs et pathogènes sont des organismes vivants et donc susceptibles de s’adapter. Ces facultés d’adaptation font précisément l’objet de programmes de recherche. Un autre phénomène va aussi très fortement conditionner l’évolution des bioagresseurs. Il s’agit des pratiques et des systèmes culturaux qui, selon les chercheurs, dans les deux décennies à venir, n’auront plus grand chose à voir avec ceux à l’œuvre aujourd’hui.
 

© Raphaël Lecocq – Uni-Médias – Janvier 2021
Article à caractère informatif et publicitaire.

TOUT UN MAG POUR VOUS