Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un agriculteur 
Nous contacter

Le nouveau plan protéines enfin dévoilé

17/12/2020 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Décryptage

tout un mag pour vous

Le nouveau plan protéines enfin dévoilé

Près de deux ans après l’annonce d’Emmanuel Macron, au salon de l’Agriculture 2019, de vouloir "porter un plan protéines ambitieux à l'échelle du continent" européen, le gouvernement a présenté les grandes lignes de cette stratégie, construite avec les filières agricoles et dotée de 100 millions d’euros.

Le plan protéines relève à la fois d’un défi de souveraineté, d’environnement et de compétitivité, a indiqué le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie lors de la présentation du plan à la presse le 1er décembre. Pour relever ces défis, l’État s’engage dans un effort financier « sans précédent » : « 100 millions d’euros du plan France relance seront déployés dans les deux prochaines années, auxquels viennent s’ajouter les investissements du 4ème Programme d’investissement d’avenir (PIA4) et de BPIFrance », a précisé le ministre.

Le gouvernement s’est fixé un objectif en deux étapes : doubler les surfaces des plantes riches en protéines d’ici à 2030 et, afin d’enclencher la dynamique, parvenir à une hausse de 40% d’ici trois ans. Toute la gamme de légumineuses et concernée : les légumineuses fourragères (luzerne, sainfoin, lotier, trèfle, vesce), les légumineuses à graines destinées à l’alimentation animale (soja, pois, féverole, lupin) et enfin les légumineuses destinées à l’alimentation humaine (haricots, pois chiches, lentilles, fèves, pois cassés, petits pois). L’ensemble de ces espèces couvre aujourd’hui près d’un million d’hectares. Ce sont donc 400 000 hectares de plus à implanter dans les trois prochaines années.

Le plan protéines présenté par le ministre est articulé autour de trois grandes priorités. La première est de « réduire notre dépendance aux importations », a détaillé Julien Denormandie. Afin de développer des filières protéines locales, 50 millions d’euros du plan de relance sont fléchés vers des mesures de soutien à la structuration des filières, permettant notamment l’investissement dans des outils de production, de transformation et de transport.

Deuxième grande priorité : « améliorer l’autonomique alimentaire des élevages ». Une enveloppe de 20 millions d’euros sur deux ans est prévue pour l’aide à l’investissement sur les exploitations. Elle comprend 10 millions d’euros pour l’aide à l’investissement dans des semences permettant d’accroître le potentiel en protéines des prairies (légumineuses fourragères) et 10 millions d’euros pour l’aide à l’investissement dans du matériel spécifique à la production de légumineuses et à leur valorisation à la ferme (outils de récolte, de tri, de stockage, de séchage, de transformation…). L’aide à l’investissement pourra par exemple concerner l’achat d’un toaster pour les graines.

Ces investissements pourront être financés à hauteur de 40%, a précisé le ministre de l’Agriculture. Comme pour les autres dispositifs du plan de relance, les dossiers de demandes d’aides pourront être déposés à partir du 1er janvier 2021.

La troisième grande priorité du plan protéines concerne la recherche et le développement, à hauteur de 20 millions d’euros. Des mesures de soutien à l’innovation dans les entreprises en matière d’obtention variétale et le développement de nouvelles formes de protéines sont également prévues. Enfin, le plan prévoit 3 millions d’euros pour la communication autour de la consommation de légumes secs dans l’alimentation humaine, en particulier chez les enfants.

Retrouvez toute l’actualité agricole sur pleinchamp.com
 

© Pleinchamp – Décembre 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.