Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un agriculteur 
Nous contacter

Le Varenne de l’eau et du climat

30/06/2021 - 2 min de lecture

Rubrique : Assurance

#Argent #Coups durs #Gestion

tout un mag pour vous

Le Varenne de l’eau et du climat

L’épisode de gel d’avril a pointé l’extrême vulnérabilité de notre territoire et de nos productions et le désarmement des parades antigel, qu’il s’agisse des moyens techniques et assurantiels. Le Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique arrive à point nommé.

Jusqu’à quatre milliards d’euros : tel pourrait être le préjudice engendré par les séquences de gel qui ont affecté les trois quarts du territoire métropolitain en avril dernier. La viticulture pourrait à elle seule payer un tribut de deux milliards d’euros : les productions arboricoles ont été, par ailleurs, très affectées. Cet épisode d’une ampleur exceptionnelle, amplifié par des températures anormalement élevées précédant la vague de froid, n’est pas étranger au changement climatique à l’œuvre.

Face à un ennemi comme le gel, et notamment en cultures pérennes, il ne faudra pas trop compter sur les parades agronomiques telles qu’elles peuvent se dessiner en grandes cultures avec la sélection variétale et l’évolution des systèmes culturaux. Les exploitants peuvent en revanche miser sur certains outils tels que les bougies, les tours à vent, les systèmes de nébulisation ou encore sur la couverture par aspersion.

Le ministère de l’Agriculture avait été prévenant. Dans le cadre de Plan de relance, il avait alloué une enveloppe 70 millions d’euros aux matériels contribuant à s’adapter au changement climatique et à améliorer la résilience des exploitations face aux aléas tels que le gel, la grêle, la sécheresse et le vent. Suite au gel, le gouvernement a doublé l’enveloppe. Malheureusement, par son intensité (jusqu’à - 7°C), sa durée et sa polymorphie (gelées blanches et noires), le gel a aussi montré les limites de bon nombre de moyens de lutte, en dehors peut-être de l’aspersion.

LES SOLUTIONS ASSURANTIELLES

Quant aux systèmes assurantiels, qu’il s’agisse du régime des calamités agricoles désormais obsolète et de l’assurance multirisque climatique sous-dimensionnée face aux défis climatiques, ils ont montré leurs limites.

Là encore, le gouvernement avait anticipé en lançant le chantier de la rénovation des systèmes assurantiels publics et privés. Un rapport parlementaire propose de renforcer la pénétration des assurances privées, en abaissant le seuil et le niveau de franchise à 20%, tout en augmentant la part subventionnée à 70%, soit le taux maximum permis par le règlement européen dit « omnibus » (adopté en 2018 pour réviser les règles financières de l'Union européenne afin de les rendre plus simples et davantage axées sur les résultats).

Le régime des calamités s’appliquerait à toutes les cultures sans discernement et à partir d’une perte de récolte de 50%, ce qui le positionnerait sur des évènements exceptionnels. Mais comme ces deux mécanismes ne suffiront pas, un Fonds de solidarité pour l’agriculture, de l’ordre de 400 à 500 millions d’euros, serait créé. Cette refonte s’inscrit dans le Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique, ouvert depuis le 28 mai dernier. On y explorera, outre les leviers d’adaptation de l’agriculture au changement climatique, les conditions d’accès et de partage à la ressource en eau.

BON À SAVOIR

83, c’est le nombre de départements métropolitains touchés par l’épisode exceptionnel de gel lors de la première quinzaine d’avril 2021, selon le ministère de l’Agriculture.

© Raphaël Lecocq – Uni-médias - Juin 2021
Article à caractère informatif et publicitaire.

 TOUT UN MAG POUR VOUS