Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un agriculteur 
Nous contacter

Plan de relance agricole : du concret pour les exploitations dès le 1er janvier 2021

17/12/2020 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Décryptage

tout un mag pour vous

Plan de relance agricole : du concret pour les exploitations dès le 1er janvier 2021

Le volet agricole du plan de relance de l’économie française se concrétise : sur les 1,2 milliard d’euros dédiés à l’agriculture, 455 millions ont d’ores et déjà été fléchés et validés le 17 novembre lors du conseil d’administration de FranceAgriMer. Les dossiers de demandes d’aides pourront être déposés dès le 1er janvier.

Les premiers dispositifs validés concernent principalement des mesures à l’investissement. Ainsi, 205 millions d’euros sont dévolus aux aides à la conversion vers des équipements permettant de réduire l’usage des intrants et aux aides à l’investissement dans des matériels de prévention des aléas climatiques (gel, grêle, sécheresse). Pour ces matériels, une aide de 20 à 40% de l’investissement est prévue, avec une bonification de 10 points pour les jeunes agriculteurs et les achats collectifs, et de 30 points pour l’outre-mer.

L’accès à ces aides sera possible à partir du 1er janvier 2021 et tout au long des deux prochaines années. Afin de limiter les procédures administratives, le ministère de l’Agriculture prévoit de publier une liste des matériels éligibles. Les Chambres d’agriculture seront notamment un point d’entrée pour la constitution et le dépôt des dossiers.

Autre mesure validée lors du conseil d’administration de FranceAgriMer : l’aide à la modernisation des abattoirs pour un montant de 130 millions d’euros. Cette mesure vise trois objectifs principaux, explique le ministère : « améliorer la protection des animaux et le respect des réglementations sanitaire et environnementale, renforcer la compétitivité des filières et participer au maintien de l’emploi à moyen terme au travers de la modernisation des outils d’abattage et enfin, former à la protection animale ».

Troisième grand dispositif validé : un budget de 50 millions d’euros pour la « structuration des filières agricoles et agroalimentaires », qui s’adresse aux acteurs regroupés en collectifs. Il vise à financer des dépenses immatérielles (connaissances) et des investissements matériels pour des projets de développement des filières de produits agricoles et agroalimentaires. Un soutien spécifique est prévu pour les projets autour des protéines végétales, en lien avec le plan protéines doté de 100 millions d’euros.


Retrouvez toute l’actualité agricole sur pleinchamp.com

© Pleinchamp – Décembre 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.