Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un agriculteur 
Nous contacter

Une France laitière très productive

12/03/2020 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Décryptage #Innovation

tout un mag pour vous

Une France laitière très productive

Selon une étude commanditée par FranceAgriMer, en matière de production de lait, la France devance les Pays-Bas et la Nouvelle-Zélande. Parmi ses forces figurent une production et une demande de produits laitiers très diversifiés ainsi qu’une bonne image de marque et des produits de qualité. La dégradation du solde commercial fait figure de faiblesse.

Depuis 2015, FranceAgriMer, l’établissement national des produits de l'agriculture et de la mer, réalise une veille concurrentielle sur le marché mondial du lait de vache. Elle repose sur l’analyse de 40 facteurs de compétitivité des 13 principaux pays producteurs que sont, outre la France, l’Allemagne, l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Danemark, les États-Unis, l’Italie, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne et le Royaume-Uni. Les résultats de la dernière étude sont basés sur les données des années 2017 et 2018. Les 40 facteurs sont répartis en 7 axes que sont la macroéconomie, la maîtrise des facteurs naturels et de durabilité des ressources, le potentiel de production laitière, la capacité d’organisation des filières, la maîtrise technologique de la fabrication des produits, le portefeuille des marchés et enfin la capacité des opérateurs à conquérir les marchés

LES ATOUTS DE LA FRANCE LAITIÈRE

Verdict ? En 2018, la France retrouve la 1ère place du podium perdue en 2017. Elle succède aux Pays-Bas relégués à la 2ème place du classement. La Nouvelle-Zélande passe en 3ème position juste devant l’Irlande qui sort du trio de tête. Suivent l’Allemagne, le Danemark, la Pologne etc. La France reste ainsi un producteur de lait de premier plan et possède de nombreux atouts, à savoir : une production et une demande de produits laitiers très diversifiées, une bonne image de marque et des produits de qualité, un excellent niveau de recherche reconnu à l’international, une bonne situation sanitaire, un large panel de clients sur le marché mondial et enfin des entreprises industrielles bien implantées à l’étranger et notamment sur les marchés porteurs. S’agissant de nos compétiteurs, l’étude relève que les Pays-Bas subissent une baisse de la production en raison des contraintes environnementales sur la gestion des effluents d’élevage, lesquelles pèsent aussi sur la Nouvelle-Zélande. L’Irlande confirme quant à elle sa montée en puissance, avec une production en hausse constante depuis la fin des quotas laitiers. Le pays bénéficie aussi de conditions agro-climatiques favorables et d’un environnement libéral qui facilite l’investissement.

LA PERTE DE COMPÉTITIVITÉ DU LAIT FRANÇAIS

Malgré sa première place, les avantages comparatifs de la France sont de moins en moins décisifs dans un contexte international plus compétitif, note l’étude. La stagnation de la production et de la consommation intérieures limite les gains de productivité français. La dégradation du solde français du commerce extérieur de produits laitiers en 2018, suite au ralentissement des exportations, est aussi un signe de perte de compétitivité pour l’Hexagone. De leur côté, les Pays-Bas affichent la volonté de mieux faire sur l’environnement tout en restant compétitifs. La Nouvelle-Zélande reste très compétitive sur les marchés export, notamment des poudres grasses sur ses destinations habituelles asiatiques. L’Irlande s’affirme comme un producteur européen de premier plan, avec des exportations tournées de façon croissante vers la Chine et le Moyen-Orient.

 

© Raphaël Lecocq – Uni-Médias – Mars 2020

Article à caractère informatif et publicitaire.