Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes un agriculteur 
Nous contacter

Vers une rétribution des performances bas carbone

26/11/2019 - 2 min de lecture

#Développement durable et énergie #Finances et fiscalité

tout un mag pour vous

Vers une rétribution des performances bas carbone

La démarche Carbon Agri a été officiellement labellisée bas carbone par le ministère de la Transition écologique. Elle ouvre la voie à la rétribution des exploitations améliorant leur bilan carbone.

Le 1er octobre dernier, le ministère de la Transition écologique et solidaire a décerné à la méthodologie Carbon Agri le Label Bas Carbone. Institué au printemps dernier, ce label s’inscrit dans la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) et la trajectoire de neutralité carbone de la France à l’horizon 2050. Il concerne potentiellement tous les secteurs d’activités, de l’agriculture à la forêt en passant par les transports et le bâtiment. Portée par l’Institut de l’élevage (Idele), les interprofessions du lait (Cniel) et de la viande (Interbev) ainsi que la Confédération nationale de l’élevage (CNE), Carbon Agri est une méthode de suivi des réductions d’émissions de gaz à effet de serre en élevage de bovins et en grandes cultures. On parle ici du dioxyde de carbone (CO2), du méthane (CH4) et du protoxyde d’azote (N2O), émis directement (fermentations entériques des ruminants) et indirectement (carburant, engrais, aliments...) par les activités agricoles.

UN POTENTIEL DE RÉDUCTION DE 14%

La méthode Carbon Agri est l’aboutissement d’un chantier ouvert en 2013, avec les programmes de recherche Life Carbon Dairy et Beef Carbon, destinés identifier les leviers de réduction d’émissions et de séquestration de gaz chez les éleveurs de bovins. Côté émissions, les leviers balaient la conduite du troupeau, l’alimentation, la gestion des effluents, les consommations d’engrais et d’énergie. Côté séquestration, sont explorés le travail simplifié, les cultures intermédiaires, les couverts végétaux, l’agroforesterie, les haies. Résultats ? Les programmes de recherche révèlent un potentiel moyen de réduction d’empreinte carbone de 14%, soit l’équivalent de 350 tonnes à 400 tonnes sur 5 ans. À raison d’un prix de marché oscillant entre 10 et 15€ la tonne, le mécanisme de compensation carbone constitue une manne non négligeable pour les exploitants désireux de s’engager dans le processus.

FRANCE CARBON AGRI ASSOCIATION

Afin de mutualiser les initiatives, la profession a créé France Carbon Agri Association (FCAA), une association destinée à faire l’interface entre les porteurs de projets, c’est-à-dire les éleveurs à titre individuel ou collectif et les financeurs privés et publics, c’est-à-dire les entreprises et les collectivités territoriales désireuses d’acheter des crédits carbone dans le cadre de leur stratégie de compensation carbone, le tout en lien avec le ministère de la Transition écologique chargé de labelliser les projets. L’association France Carbon Agri compte rallier 500 exploitations issues des réseaux expérimentaux Fermes laitières bas carbone et Beef Carbon d’ici à fin 2019, puis 900 au 1er semestre 2020. Au prochain Salon de l’agriculture à Paris, l’association devrait être en mesure de dévoiler le nom des premiers acheteurs de crédits carbone agricoles. La mairie de Paris ainsi que le comité d’organisation des jeux olympiques Paris 2024 ont déjà fait connaître leur intention de s’engager.

 

© Raphaël Lecocq – Uni-Médias – Novembre 2019
Article à caractère informatif et publicitaire.