Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes un client banque privée 
Nous contacter

Expatriation : quelle stratégie immobilière ?

10/12/2018 - 2 min de lecture

#Famille #Immobilier

TOUT UN MAG POUR VOUS

Expatriation : quelle stratégie immobilière ?

Audrey Vérité, Responsable de l’ingénierie patrimoniale à Crédit Agricole SA, revient sur les spécificités en matière d’immobilier.

EN MATIÈRE D’IMMOBILIER, LES NON-RÉSIDENTS FISCAUX FRANÇAIS DOIVENT-ILS REVOIR LEUR STRATÉGIE ?

L’étude patrimoniale répondra aux questions qu’il convient d’anticiper : est-il judicieux de conserver des biens immobiliers en France ? Quelle est la fiscalité des revenus issus de ces biens ? Quelles sont les spécificités des règles applicables en matière de fiscalité des plus-values immobilières ? Y a-t-il lieu de céder des actifs avant, pendant ou après
l’expatriation ?

JUSTEMENT, QUELLES SONT CES RÈGLES ?

La loi de finances pour 2019 prévoit que certains non-résidents fiscaux français(1) vont désormais pouvoir bénéficier d’une exonération totale de la plus-value sur la vente de leur résidence principale aux condition que :

  • la cession soit réalisée au plus tard le 31 décembre de l’année suivant celle du transfert du domicile fiscal hors de France ;
  • la résidence principale n’ait pas été mise à la disposition d’un tiers entre le transfert du domicile et la cession, à titre gratuit ou onéreux ;
  • l’expatrié n’a pas déjà bénéficié de l’exonération partielle de la plus-value de cession d’un logement en France au titre de non résident.

 Si cette exonération n’est pas applicable, sous réserve des conventions internationales, la plus-value est imposable en France. En cas de vente directement par une personne physique non résidente fiscale en France, la plus-value est soumise, après abattements pour durée de détention, à l’Impôt sur le Revenu au taux de 19 % et aux prélèvements sociaux.

Une exonération est toutefois prévue pour les personnes physiques ressortissantes d'un Etat membre de l'Union européenne ou d'un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen (EEE) ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscale(2). Celle-ci s’applique dans la limite d’un logement par contribuable et de 150.000 euros de plus-value nette imposable à la double condition que : le cédant ait été fiscalement domicilié en France de manière continue pendant au moins deux ans à un moment quelconque antérieurement à la cession ; la cession intervienne au plus tard le 31 décembre de la dixième année suivant celle du transfert par le cédant de son domicile fiscal hors de France ou, sans condition de délai, lorsque le cédant a la libre disposition du bien au moins depuis le 1er janvier de l’année précédant celle de la cession. La fraction supérieure est imposable dans les conditions de droit commun.

QU’EN EST-IL DES PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX ET DE LA FISCALITÉ DES REVENUS IMMOBILIERS ?

Concernant les revenus du capital, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019 prévoit que :

Les personnes qui ne sont pas à la charge du régime obligatoire français de sécurité sociale mais qui relèvent d’un régime obligatoire de sécurité sociale d’un autre État membre de l’UE, de l’EEE ou de la Suisse, sont exonérés de CSG et de CRDS sur les revenus du capital (les revenus fonciers et plus-values immobilières de source française
pour les non-résidents). Le prélèvement de solidarité de 7,5% reste dû en revanche.

Quant à la fiscalité des revenus immobiliers, ceux issus de biens loués nus ou meublés sont imposables respectivement dans les catégories des revenus fonciers et des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). À noter que l’impôt exigible des non-résidents ne peut être inférieur à 30 % du revenu net imposable (Pour les revenus inférieurs à 27.519 euros au titre des revenus 2018 le taux est de 20%). Sauf si le taux moyen d’imposition en France et à l’étranger du contribuable l’est. 

Chaque situation étant particulière, votre conseiller en Banque Privée vous accompagnera aussi sur les aspects civils, successoraux, assurantiels et retraite. Pour cela, il pourra notamment travailler de concert avec vos conseils habituels, avocat fiscaliste, expert-comptable ou encore notaire.

 

(1) L’exonération ne s’applique pas à tous les expatriés, mais seulement aux personnes qui transfèrent leur résidence dans un État membre de l’UE ou dans un État ou territoire ayant conclu avec la France une convention d’assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l’évasion fiscale et une convention d’assistance mutuelle en matière de recouvrement d’impôts. L’État ou le Territoire ne doit pas être non coopératif.

(2) La liste des Etat parties à l'accord sur l'Espace économique européen (EEE) ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales est accessible via sur le site http://bofip.impots.gouv.fr.

 

Pour en savoir plus sur les impacts de l’expatriation sur vos placements, cliquez ici.

 

Retrouvez le sommaire du magazine Regards partagés en cliquant ici.

 

© Magazine Regards partagés Crédit Agricole Banque Privée - agencedps.com

Article à caractère informatif.

TOUT UN MAG POUR VOUS