Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes un agriculteur 
Nous contacter
error component
Une erreur est survenue
dans l'affichage de cet élément

L'Assurance des Prairies s’enrichit d’une garantie complémentaire

Elle est destinée à compenser l’incapacité de récolte ou de pâturage consécutif à des inondations ou des excès d’eau. Elle complète la garantie socle couvrant la baisse de production. La nouvelle garantie s’applique d’office à tous les contrats, en dehors des zones inondables ou de lâchers d’eau.

Petit rappel : en 2016, Pacifica, la filiale assurances dommage de Crédit Agricole Assurances, lançait l’Assurance des prairies. Objectif : compenser la perte de production fourragère, par nature très sensible aux aléas climatiques et très impactante pour l’économie des élevages. Selon l’Institut de l’élevage, une baisse de 30 % de la production fourragère peut engendrer une baisse de 18 % de la marge brute des exploitations concernées et de 50 % de leur revenu. Son fonctionnement ? Il est basé sur un Indice de production fourragère (IPF), calculé à partir d’observations satellitaires, validé scientifiquement. Son déclenchement ?

Consultable par chaque assuré sur Pleinchamp, l’IPF de l’année est comparé à l’indice moyen des 10 années précédentes. Le cas échéant, il déclenche le processus d’indemnisation, sur la base du capital assuré, déduction faite de la franchise. Le bonus ? Le contrat socle de l’Assurance des Prairies est subventionné à hauteur de 65 %.

UNE ASSURANCE PRAIRIE ENRICHIE

A compter de 2018, l’Assurance des Prairies s’enrichit d’une garantie complémentaire : l’impossibilité de récolte suite à inondations ou excès d’eau (à l’exclusion des terrains classés en zones inondables et aux parcelles servant de zone de réception de lâchers d’eau). Selon les experts en production fourragère, passée une semaine sans exploiter ou récolter au stade optimal, la production de fourrages est affectée en quantité et/ou en qualité. L’indemnisation s’opèrera au prorata du nombre de jours empêchés sur la période s’étalant entre 1er mai et le 30 septembre, sur la base du capital assuré, déduction faite de la franchise. Les explications de Jean-Michel Geeraert, directeur du marché de l’agriculture et de la prévention chez Crédit Agricole Assurances.

Pour aller plus loin, consultez l’outils « Pousse des prairies » sur pleinchamp.com

 

© Pleinchamp – mars 2018

Article à caractère informatif et publicitaire.

Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale.
La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale. Accédez au détail de ces produits et services en cliquant sur les liens hypertexte prévus à cet effet dans la présente page Internet.

Les garanties du contrat Assurance des Prairies sont assurées par PACIFICA entreprise régie par le code des Assurances.

TOUT UN MAG POUR VOUS