Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un client banque privée 
Nous contacter

Investissements à impact positif : En quoi les énergies vertes contribuent-elles à un avenir meilleur ?

15/02/2021 - 3 min de lecture

#Décryptage #Diversification du patrimoine

tout un mag pour vous

Investissements à impact positif : En quoi les énergies vertes contribuent-elles à un avenir meilleur ?

Le private equity - ou capital investissement - est considéré comme l’investissement par excellence dans l’économie réelle.

En Europe, elle fait l’objet d’un soutien important, comme le montre le Green Deal adopté début 2020. L’Union européenne fournira un soutien financier et une assistance technique qui contribuera à mobiliser au moins 100 milliards d’euros sur la période 2021-2027, dans le but de rendre l’Europe climatiquement neutre en 2050.

Cet objectif implique une poursuite à marche forcée du développement des énergies vertes. Pour la première fois au premier semestre 2020, les Européens ont produit plus d’électricité d’origine renouvelable (40%) qu’issue de combustibles fossiles (34%), selon une analyse publiée par le centre de réflexion Ember. Éolien, hydraulique et solaire ont progressé respectivement de 11%, 12% et 16%, portés par la mise en service de nouvelles capacités de production et par des conditions climatiques favorables.

Il est aujourd’hui possible d’investir sur cette thématique à travers des fonds spécialisés, comme Amundi Énergies Vertes, la première unité de compte (UC) dédiée aux particuliers à être lancée sur le marché français. Gérée par Amundi Private Equity Funds avec l’assistance technique d’Amundi Transition Energétique, cette UC investit dans des fermes éoliennes ou solaires, ainsi que dans des installations hydrauliques. Ne sont sélectionnés que des projets dénués de risque de développement, c’est-à-dire qui ont déjà obtenu toutes les autorisations et les permis nécessaires, sans risques de recours. L’investissement étant immédiat et concret en infrastructures produisant des électrons, l’impact se mesure pour les clients en Mégawatts d’électricité produite sous forme d’énergies renouvelables, et sous forme d’équivalent de consommation annuelle en nombre de foyers. Ainsi par exemple, les récents investissements d’Amundi Énergies Vertes en Espagne et en Italie cumulent près de 250 Mégawatts, équivalant à la consommation annuelle de 140 000 personnes, soit une ville comme Limoges ou Nîmes.

Enfin, ce secteur offre une grande visibilité puisque les infrastructures ont une durée technique de 30 ans minimum et qu’elles bénéficient d’un contrat de rachat de leur production à prix fixe partiellement indexé sur l’inflation, durant une période de 20 ans après achèvement, ce qui apporte un rendement régulier pour les investisseurs. S’agissant d’un placement en private equity, il faut garder à l’esprit que celui-ci présente un risque de perte en capital et que les retraits ne peuvent intervenir avant huit ans, sauf en cas de décès ou de rachat total du contrat d’assurance-vie.

 

Retrouvez le sommaire de l’ensemble des articles « spécial ÉPARGNE », en cliquant ici
 

© Magazine Regards partagés Crédit Agricole Banque Privée – Edit 360, Crédit Agricole S.A., Amundi, CA Assurances et avec la participation de l'Autorité des marchés financiers (AMF) – Février 2021
Article à caractère informatif et publicitaire.