Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes un client banque privée 
Nous contacter

Immobilier : 4 choses à savoir avant d’investir en loi Pinel

17/06/2019 - 2 min de lecture

Rubrique : Fiscalité

#Décryptage #Diversification du patrimoine #Immobilier

tout un mag pour vous

Immobilier : 4 choses à savoir avant d’investir en loi Pinel

Vous êtes tenté par le dispositif Pinel ? Voici 4 questions auxquelles vous devez répondre avant d’aller plus loin.

Investir dans un logement neuf en loi Pinel, avec un avantage fiscal à la clé, nécessite d’accepter de louer votre bien sur longue durée et de respecter certaines conditions. Explications.

AVEZ-VOUS INTÉRÊT À INVESTIR EN PINEL ?

La réduction d’impôt du régime Pinel est identique pour tous, quel que soit votre tranche marginale d’imposition (TMI). Toutefois, si vous n’êtes pas imposable ou si vous dépassez le plafond des niches fiscales fixé à 10 000 euros par an, vous n’en bénéficierez pas.

Avant de vous lancer, mieux vaut donc effectuer un calcul pour évaluer votre marge de manœuvre. Déduisez les avantages fiscaux générés par vos autres dispositifs (travaux, emploi à domicile, titres de PME, FIP…). Vous obtiendrez ainsi le montant maximal des réductions d'impôt auxquelles vous pouvez encore prétendre dans l’année.

BON À SAVOIR

Un investissement Pinel s’adresse plutôt à des personnes qui envisagent un premier investissement locatif et acquittent au minimum 2 500 euros d’impôts par an pour que la réduction fiscale annuelle soit inférieure ou égale au montant d’impôt sur le revenu dû chaque année.

Pour en savoir + : consulter nos articles Investir en loi Pinel : zoom sur les conditions d’éligibilité et Investissement immobilier en loi Pinel : avantages et inconvénients

CONNAISSEZ-VOUS LES CONTRAINTES DU DISPOSITIF ?

En contrepartie d’une réduction de votre impôt sur le revenu égale à 12 % (location sur 6 ans), 18 % (9 ans) du montant de votre investissement. A l’issue de cette période, l’engagement peut être prorogé de trois ans, renouvelable une fois en cas d’engagement initial de six ans. Il peut ainsi s’étaler sur une durée de douze ans. En cas de prorogation, le taux de la réduction d’impôt sera de 6 % pour la première période triennale et 3 % pour la seconde période si l’engagement initial est de six ans. Le taux sera de 3 % pour la période triennale si l’engagement initial est de 9 ans.

En tant que bailleur, vous devez respecter une série d’engagements.

Les conditions à remplir sont nombreuses et de plusieurs ordres. Cela va de l’emplacement du bien à l’engagement de location sur une durée minimale, en passant par le respect de plafonds de loyers et de ressources pour les locataires.


Pour en savoir + : nos articles Réduire vos impôts avec la loi Pinel et Investissement immobilier : 4 points à vérifier avant d’acheter en loi Pinel


AVEZ-VOUS PESÉ LE POUR ET LE CONTRE ?

D’un côté, investir en loi Pinel vous permet de vous constituer un patrimoine grâce au recours au crédit et de vous préparer, à terme, des compléments de revenus.
Autre atout, l’économie d’impôts réalisée, conjuguée aux loyers perçus, sont supposés couvrir une partie de vos mensualités de remboursement.

De l’autre, vous devez toujours compléter par un effort personnel de trésorerie, qui peut dangereusement augmenter en cas d’inoccupation de votre bien ou d’impayés.

BON À SAVOIR

Si vous ne parvenez pas à louer le bien, vous pouvez perdre vos avantages fiscaux et voir votre impôt sur le revenu majoré du montant total de la réduction d’impôt obtenue.  

À découvrir également nos articles Loi Pinel : apprendre à calculer le bon montant du loyer et Impôts loi Pinel : comment déclarer votre investissement immobilier ?


VOS SIMULATIONS DE RENTABILITÉS SONT-ELLES FIABLES ?

Les rentabilités annuelles annoncées par les promoteurs sont comprises entre 2,5 % et 4,5 % hors avantage fiscal. Toutefois, ces simulations s’avèrent parfois un peu trop optimistes car elles prennent comme hypothèse le loyer mensuel plafond. Or dans certaines villes, le loyer réellement pratiqué se situe en dessous de la limite haute.

Par ailleurs, par sécurité, prévoyez toujours quelques mois de vacance locative. Sur longues périodes (6, 9, 12 ans), cet événement courant correspond notamment au laps de temps nécessaire pour remplacer un locataire sortant.

Pour aller plus loin, nos articles Loi Pinel : les plafonds de ressources et de loyers et Loi Pinel : apprendre à calculer le bon montant du loyer
 

 

© Uni-médias – mars 2019

Article à caractère informatif et publicitaire.

Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.