Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un client banque privée 
Nous contacter

Qu’est-ce que l’assurance vie ?

30/06/2020 - 3 min de lecture

#Famille #Décryptage #Diversification du patrimoine

tout un mag pour vous

Qu’est-ce que l’assurance vie ?

Avec près de 110 milliards d’euros collectés sur les neuf premiers mois de 2019 selon le communiqué de la Fédération française de l’assurance (FFA) daté d’octobre 2019, l’assurance vie est plébiscitée par les Français et attire toujours les investissements. Elle permet notamment de constituer un capital et de le transmettre à son décès avec une fiscalité spécifique.

Avec 54 millions de contrats1 souscrits en France, l’assurance vie séduit de plus en plus. En 2018, ce sont 45% des ménages qui possédaient une assurance vie, conservée en moyenne 12 ans. L’assurance vie est utilisée comme un investissement à moyen et long terme, qui peut s’avérer très utile pour disposer d’un complément de revenu au moment de la retraite ou dans le cadre de la préparation d’un projet. Si ce produit attire autant de Français, c’est essentiellement parce qu’il s’agit d’un investissement avec des règles de fonctionnement spécifiques.

L’ASSURANCE VIE, UN PRODUIT COMPLET

L’assurance vie est un contrat adapté à tous les budgets sur lequel l’adhérent verse des primes régulièrement ou non. Il est possible de faire des rachats (c’est-à-dire des retraits) et de clôturer ledit contrat à tout moment, même s’il est fiscalement plus intéressant de le conserver pendant au moins huit ans avant d’opérer un rachat. À l’issue du contrat, l’adhérent-assuré s’il est en vie, ou son bénéficiaire en cas de décès, reçoit ensuite le capital investi augmenté des gains potentiels et diminués des frais et éventuelles pertes en capital.

Le contrat d’assurance vie est un produit d’épargne flexible qui lui permet de correspondre à un grand nombre de besoins. Vous êtes notamment libre de choisir votre contrat, en optant pour un contrat en euros à capital garanti (diminué le cas échéant des frais du contrat et du coût des éventuelles garanties complémentaires) ou pour un contrat multisupport, qui propose un support en euros et des supports en unités de compte (UC), permettant d’obtenir une meilleure espérance de rendement en contrepartie d’un risque de perte en capital. Selon les contrats, vous pouvez également choisir le type de gestion de votre assurance vie, en misant sur une gestion libre ou en choisissant d’être accompagné par des professionnels, afin de gérer au mieux votre capital selon votre situation et vos besoins.

 

    Vous aimerez aussi : Assurance vie : quels critères retenir pour choisir votre contrat ?

 

UN CAPITAL QUI AIDE À PRÉPARER L’AVENIR

Si vous optez pour un contrat d’assurance vie en multisupport, vous pourrez disposer d’un meilleur potentiel de rendement sur le long terme mais il faut savoir qu’il existe un risque réel de perte en capital sur les unités de compte. Il convient donc à chacun de trouver le type de contrat qui convient le mieux à ses attentes. En la matière, sachez que l’année 2018 s’est inscrite comme la meilleure année de l’histoire en termes de volumes de souscription d’assurance vie en unités de comptes, avec 39,5 milliards d’euros investis, selon la FFA1.

Quel que soit le support d’investissement choisi, l’assurance vie, souscrite par 38 millions des Français, constitue assurément un produit adapté pour financer des projets sur le long terme comme préparer sa retraite. Dans les faits, dès que vous avez besoin de liquidités pour un projet spécifique ou pour compléter vos revenus à la fin de votre carrière professionnelle, vous pouvez procéder à une demande de rachat partiel ou total du capital. Vous avez également la possibilité de demander une sortie en rente viagère, votre capital est alors transformé en rente. Le montant de cette dernière dépendra de la valeur de rachat du contrat, de votre espérance de vie lors de la mise en service de la rente et de la réversibilité de la rente.

 

    Vous aimerez aussi : Assurance vie : la fiscalité appliquée aux rachats

 

Enfin, l’assurance vie peut également vous permettre de transmettre un capital aux bénéficiaires de votre choix. Ce capital ne rentrant pas dans l’actif successoral, il n’est pas soumis aux droits de succession, dans la majorité des cas. À noter toutefois que les primes versées par le titulaire de l’assurance vie (avant ses 70 ans) après le 13 octobre 1998 sont soumises à un prélèvement forfaitaire selon le montant du capital après un abattement de 152 500 euros, appliqué sur l’ensemble des contrats d’assurance vie que vous détenez, par bénéficiaire. En revanche, les primes versées par le défunt sur l’ensemble de ses contrats d’assurance vie après l’âge de 70 ans sont soumises aux droits de succession après un abattement de 30 500 euros. Les intérêts produits par les primes restent, eux, exonérés de droits de succession.

 

    Vous aimerez aussi : L’assurance vie fait-elle partie de la succession ?

 

1 Communiqué de presse de la FFA sur les chiffres de l’assurance vie en 2018, 4 février 2019

 

© Webedia - Juin 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.

Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale. La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale.