Retour au site Crédit Agricole

Regards
partagés

Le magazine de la Banque Privée du Crédit Agricole

Le temps partagé : un mode de travail à découvrir

11 sep
Le temps partagé : un mode de travail à découvrir
Quotidien

il y a 1 semaine

Cette pratique participe à l’émergence de nouvelles formes d’emploi.

Chantal Jacopin, Directeur de la communication en temps partagé, revient sur l’origine de cette nouvelle forme d’emploi et en présente les avantages.

En quoi consiste le temps partagé ?

C’est l’opportunité pour une entreprise d’accéder aux compétences d’un professionnel qui occupe une fonction quelques jours par semaine ou par mois.

Quelle est la différence avec l’intérim ?

L’intérim consiste souvent à remplacer une personne absente pour une durée plus ou moins longue. Il peut être utilisé comme renfort dans une structure, mais il y a une durée limitée dans le temps et il s’agit d’un plein temps au même endroit.
Le temps partagé consiste à occuper un poste qui n’existe pas dans l’entreprise, pour une durée non connue au début du contrat et sur la base d’un jour ou plus par semaine, mais pas un temps plein.

Depuis quand cela existe ?

Si le partage du travail est une pratique ancienne, le travail à temps partagé s’impose, lui, comme un concept moderne. Apparu au début des années 80, il est aujourd’hui en plein essor et participe d’un processus de diversification toujours à l’oeuvre actuellement avec l’émergence de nouvelles formes d’emploi.

Combien de personnes sont concernées ?

Plus de 430 000 travailleurs, répartis sur toute la France, ont opté pour le travail à temps partagé. Parmi eux, 7,56 % de salariés à temps partiel l’ont choisi et sont en multi-employeur ou en pluri-activité (à noter que les services à la personne sont exclus).
En comparant la France à ses voisins européens, cette tendance devrait s’accentuer à l’avenir. Le temps partiel, qui répond efficacement au besoin de flexibilité des entreprises, représente ainsi 45 % des emplois au Pays-Bas et 25 % en Allemagne ou au Royaume Uni, contre environ 19 % en France.

Quelles formes peut-il prendre ?

La relation entre le professionnel et l’employeur s’apparente souvent à une prestation de services exercée sous différents statuts. Ainsi, certains professionnels sont indépendants, auto-entrepreneurs et ont créé leur propre structure (EURL, SASU…), d’autres optent pour le portage salarial, le multisalariat, ou sont salariés d’un Groupement d’employeurs, d’une Coopérative d’utilisation de matériel agricole (CUMA) ou d’une entreprise de travail à temps partagé (ETTP).

Quels sont les avantages pour l’employeur et l’employé ?

Le travail à temps partagé met l’accent sur les compétences et la capacité à prendre en charge une fonction plus que sur la forme juridique d’intervention ou les statuts. La polyvalence rendue possible par la variété des interventions renforce la crédibilité des professionnels et décloisonne les parcours d’un secteur d’activité à un autre.
Les entreprises apprécient la flexibilité d’une ressource qui répond à un besoin de compétences régulier mais pas permanent et à la nécessité absolue qu’ont les PME/ETI de s’adapter à leur marché dans des temps courts. Cela permet aussi une meilleure maîtrise des coûts (ne pas porter la prise de risque d’un recrutement à plein temps), de pallier les carences de compétences et de s’allouer un regard neuf.
Quant aux professionnels, ils mettent en avant la diversité des missions et des expériences, une plus grande autonomie et un meilleur équilibre entre vie privée et professionnelle. C’est un vrai choix de vie car il offre plus de liberté dans la gestion de son temps.

Pouvez-vous dresser le profil d’un travailleur à temps partagé ?

Le Baromètre 2017 du Travail à temps partagé(1) montre une quasi-parité entre les hommes (52 %) et les femmes (48 %). Par ailleurs, les entreprises recherchant le plus souvent des professionnels aguerris, la majorité des travailleurs à temps partagé a 50 ans et plus. Ils occupent le plus souvent un poste de cadre (89 %), travaillent principalement dans le commerce, le marketing, les ressources humaines, la finance et la gestion. Des emplois exercés sur l’ensemble du territoire.

Est-ce que cela correspond à la tendance du « tout partage » (logement, voiture…) ? De l’économie sociale et solidaire ?

Alors que l’économie est en pleine mutation, il faut faire preuve d’imagination pour préparer l’avenir ! Le « collaboratif » et le « solidaire » deviennent les piliers d’une nouvelle culture du travail bâtie sur le partage, la valorisation du travail et les bonnes pratiques. L’essor du numérique a aussi transformé en profondeur la façon de travailler.

Vous avez rédigé un livre blanc sur le sujet. A qui s’adresse-t-il et quelles en sont les grandes lignes ?

Il sera accessible à l’occasion de la 10ème édition de la semaine du temps partagé(2) à tous en open source, et s’adresse à toutes les personnes qui s’intéressent au temps partagé.
L’objectif de cette première version est de dresser un état des lieux de ce qu’est le temps partagé, son marché et ses différentes composantes car il y a de nombreuses questions, voire confusions avec d’autres formes d’emploi à temps partiel.

Y sont évoqués les enjeux du temps partagé :
-  nouvelle forme d’emploi : c’est l’opportunité de repenser la collaboration professionnelle comme une forme d’alliance, où employeurs et employés investissent mutuellement et consciemment dans leurs développements respectifs ;
-  renforcement et attachement à son territoire : recourir au temps partagé permet de consolider l’attractivité d’un territoire en maillant des emplois pour renforcer le potentiel de croissance des entreprises locales grâce au partage de salariés qualifiés et formés ;
-  accélérateur de compétences : travailler en temps partagé requiert un changement de posture face à l’emploi notamment induit par la nécessité récurrente de mettre en valeur ses compétences opérationnelles. Renvoyé à sa propre gestion du temps, le professionnel à temps partagé structure son intervention dans une proposition formulée en valeur efficacité plutôt qu’en présence symbolisée comme succession d’actes programmés.

Présentez-nous le Portail du temps partagé(3) ?

Le Portail du Temps Partagé a été créé il y a quatre ans pour combler un manque d’informations et d’actions positives visant à faire connaître le travail à temps partagé. Aujourd’hui, le Portail est une véritable référence dans ce domaine grâce à l’implication de notre équipe d’une quinzaine de personnes, mais aussi de notre dizaine de partenaires. Il s’agit avant tout d’une aventure collective ! Persuadés que la « flexisécurité » est un formidable atout pour développer l’emploi en France, nous avons lancé différents projets qui réussissent à promouvoir le travail à temps partagé : le Baromètre du temps partagé, les Trophées, la Lettre du temps partagé… Nous prévoyons aussi de créer un annuaire des acteurs du temps partagé. Ils sont des pionniers qui plébiscitent la flexibilité d’une prestation de qualité sur-mesure et qui se structurent à présent à grande vitesse. Avec le Portail du temps partagé, nous mettons tout en oeuvre pour les aider à réussir.

(1) Baromètre 2017 du Travail à temps partagé - Le Portail du travail partagé - Février 2018.
(2) Semaine du temps partagé du 8 au 13 octobre
(3) Dispositif de promotion du travail à temps partagé : www.le-portail-du-temps-partage.fr