Retour au site Crédit Agricole

Regards
partagés

Le magazine de la Banque Privée du Crédit Agricole

La gestion diversifiée pour tirer parti des opportunités des marchés

06 déc
La gestion diversifiée pour tirer parti des opportunités des marchés
Investissement

Décembre 2014

Loïc Bécue, Directeur des Gestions Diversifiées d’Amundi, à destination de la clientèle des particuliers, ne retient pas le scénario de déflation à la japonaise en zone euro. Ce qui l’incite à garder ses positions sur les actifs risqués.

Les pressions déflationnistes se confirment en zone euro. Cela risque-t-il de durer ?

Cela se traduit par une baisse tendancielle des prix avec une inflation qui reste faible (0,5% en octobre). Pour autant, on ne croit pas à une déflation généralisée mais plutôt à une stabilisation des prix. Le redémarrage de la croissance économique (certes fragile) combiné aux injections de liquidités des banques centrales génèrera de l’inflation.

Dès lors, privilégiez-vous toujours les actifs risqués ?

Les mesures de la Banque Centrale Européenne (maintien des taux d’intérêt bas et affaiblissement de l’euro) sont favorables aux actions. Les valeurs de la zone euro sont attractives en termes de valorisation et elles délivrent entre 3% et 4% de rendement.
Les stratégies axées sur le rendement ont notre préférence à la fois sur les obligations mais aussi sur les actions.
Nous sommes favorables aux actions immobilières cotées ainsi qu’aux valeurs bancaires.
Le risque systémique d’éclatement de la zone euro ayant quasiment disparu, ces dernières peuvent faire des reprises de provision qui contribueront positivement aux résultats à venir.

Qu’en est-il des produits de taux ?

Sur cinq ans, les placements monétaires rapportent peu. On enregistre même une perte de pouvoir d’achat une fois l’inflation prise en compte. À l’inverse, sur les dix dernières années, les emprunts d’État affichent une performance positive. Mais à mesure que les rendements tendent vers 0%, la moindre remontée des taux peut entraîner une perte de capital.
La prudence est donc de mise sur cette classe d’actifs. Quant au crédit, les obligations d’entreprises de bonne qualité gardent notre préférence pour leur rendement.

Une gestion diversifiée permet-elle de profiter des opportunités ?

L’avantage d’une gestion diversifiée est de disposer d’un large univers d’investissement et de profiter du potentiel de valorisation de plusieurs classes d’actifs, zones géographiques et secteurs.
Cela permet d’optimiser le couple rendement-risque du portefeuille tout en bénéficiant de stratégies décorrélées pour faire face à la volatilité des marchés.



Loïc BECUE
Directeur des Gestions Diversifiées d’Amundi
à destination de la clientèle des particuliers