Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Témoignages : comment ils ont financé leurs études à l’étranger ?

17/02/2019 - 2 min de lecture

Rubrique : Budget

#Jeunes #Loisir #Etudiant

tout un mag pour vous

Témoignages : comment ils ont financé leurs études à l’étranger ?

Vous partez étudier à l’étranger ? Cette aventure façon “Auberge Espagnole” sera très enrichissante, mais elle aura aussi un certain coût financier. Comment trouver l’argent pour partir étudier sereinement loin de chez soi ? Hélène et Nicolas qui ont tenté l’aventure vous disent comment ils ont fait pour boucler leur budget.

Hélène et Nicolas, 29 ans aujourd’hui, sont partis étudier à l’étranger. Au Texas et à Munich pour Hélène et en Grèce pour Nicolas ; avec un désir commun : profiter au maximum de cette expérience.

LES BOURSES D’ÉTUDES À L’ÉTRANGER

Hébergement, transport, téléphone, sorties, escapades imprévues… les dépenses ne vont pas manquer. La bonne nouvelle c’est qu’entre les bourses du CROUS, l’allocation Erasmus+, les aides à la mobilité des collectivités territoriales (mairies, conseils généraux et régionaux), vous allez forcément trouver un organisme qui vous donnera un coup de pouce financier.

Les bourses du CROUS.

Si comme Nicolas vous êtes boursier, en partant étudier à l’étranger vous conservez ce droit. "Je suis parti en 2012. J’étais boursier Echelon 1 et je recevais environ 158 € par mois." Une somme qui peut se cumuler avec l’allocation Erasmus+ si vous partez en Europe et dans le cadre du programme d’échange. L’allocation varie en fonction du pays de destination : de 150 à 300 € pour des pays comme la Bulgarie, Malte, la Lettonie… et de 200 à 350 € pour les pays d’Europe les plus riches (Danemark, Autriche, Finlande, Norvège…). "En plus de ma bourse du CROUS, j’ai eu droit à l’allocation Erasmus qui était d’environ 150 € par mois. En gros, j’avais 300 € d’aide mensuelle.", poursuit Nicolas.

Vous pouvez également faire une demande d’aide à la mobilité étudiante auprès des conseils généraux et régionaux desquels vous dépendez fiscalement. Selon les régions et les conditions d’attribution, l’allocation peut atteindre 400 € par mois. Pour son semestre au Texas, Hélène a pu bénéficier d’une Bourse Blériot (remplacée désormais par la Bourse Mermoz) d’un montant de 800 €. Nicolas a bénéficié d’une aide de son Conseil Départemental de 800 € pour son année scolaire passée en Grèce.

Mais l’un comme l’autre mettent en garde sur les délais de réception de cet argent. "J’ai reçu l’argent pratiquement à la fin de mon séjour" se souvient Nicolas. Idem pour Hélène qui conseille de ne pas trop compter au départ sur cette somme : "J’ai reçu ma bourse à mon retour." Mieux vaut donc prévoir une marge de sécurité.

Certains pays offrent des aides particulières comme la bourse Fulbright de la Commission franco-américaine accordée sur la base de l’excellence académique aux étudiants au-delà de Bac+3 ou les bourses du DAAD (Deutscher Akademischer Austauschdienst) en Allemagne qui a pour but de favoriser les échanges interuniversitaires.


LE BUDGET DE VOS ÉTUDES À L’ÉTRANGER

Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut prendre le temps de bien préparer le budget complet de vos dépenses : frais d’inscription, billet d’avion, loyer, coût de la vie, sorties… Et prévoyez une marge, car Hélène comme Nicolas ont dépensé plus que ce qu’ils avaient prévu : "Mon budget voyages/week-end a explosé aux Etats-Unis. On veut en faire le plus possible et du coup on dépense plus que ce qu’on avait prévu… mais tout en restant raisonnable, ça va vite."

LA FAMILLE, UNE AIDE SUBSTANTIELLE

Selon leurs revenus, les parents sont souvent une aide financière précieuse comme le soulignent les deux anciens étudiants : "Pendant mes années d’études à l’étranger, mes parents ont pris en charge mon budget alimentation et mon loyer. Ils ont également payé mon billet d’avion pour les Etats-Unis. J’avais à ma charge tous les extras comme le shopping, les sorties, les voyages…", explique Hélène. Idem du côté de Nicolas : "Mes parents sont divorcés et chacun me versait 150 € chaque mois, une aide bienvenue pour compléter mon budget."

LES PRÊTS ÉTUDIANTS POUR UN SÉJOUR A L’ÉTRANGER

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Le prêt étudiant peut être une solution pour payer les frais d’inscription, avoir un peu d’argent de poche pour les voyages sur place ou pour payer les premières dépenses en arrivant. Le crédit vous fait un peu peur ? Pour Hélène, "on peut très bien faire un prêt du montant de la bourse qui nous est accordée et que l’on remboursera à la fin du séjour ou à notre retour, quand on la reçoit". Malin.

BON À SAVOIR

Vous avez entre 16 et 30 ans et souhaitez partir faire vos études à l’étranger ? Le Prêt Étudiant du Crédit Agricole peut vous aider à financer les frais de scolarité et vos dépenses tel que le transport, le logement, les fournitures scolaires,  pour votre séjour à l’étranger. Renseignez-vous dans une agence du Crédit Agricole.

UN CREDIT VOUS ENGAGE ET DOIT ETRE REMBOURSE. VERIFIEZ VOS CAPACITES DE REMBOURSEMENT AVANT DE VOUS ENGAGER.

FINANCER SES ÉTUDES À L’ÉTRANGER AVEC VOTRE ÉPARGNE

Hélène et Nicolas sont unanimes : il est indispensable d’avoir un peu d’économies avant de partir étudier à l’étranger. C’est le meilleur moyen de ne pas se priver d’escapades ou de sorties imprévues au budget. "On sait longtemps à l’avance qu’on va partir, ça nous laisse le temps de bosser en amont pour mettre de l’argent de côté. Que l’on soit boursier ou pas, il est tout à fait possible d’étudier à l’étranger, mais il faut s’en donner les moyens en travaillant et en mettant de côté avant de partir, insiste Hélène." Même son de cloche pour Nicolas qui lui avait constitué une épargne de précaution : "1 000 euros avant de partir, sinon on se restreint sur place. Mais de manière générale, quand on est en Erasmus on s’en sort toujours car on est habitué à faire attention."

ET LE JOB ETUDIANT À L’ÉTRANGER ?

Si vous partez en Europe et que la barrière de la langue ne vous gêne pas, vous pourrez peut-être décrocher un petit boulot d’étudiant pour financer les extras. Hélène à Munich faisait "du baby-sitting une journée par semaine pour un couple de Français. C’était bien payé, mais je ne voulais pas travailler plus car je n’étais pas là-bas pour ça." Nicolas est d’accord, pour lui ses études en Grèce étaient l’occasion de découvrir le pays, pas de travailler : "J’aurai eu le temps de travailler c’est sûr, mais les revenus sont faibles, je n’aurai pas gagné beaucoup et puis quand on est étranger ce n’est pas facile de trouver un job."

Ce que l’expérience a appris aux deux anciens étudiants ? "J’aurai dû économiser davantage avant de partir pour pouvoir faire encore plus de choses sur place" regrette un peu Hélène. Nicolas lui confie qu’il faut vraiment bien se renseigner sur le niveau de vie du pays : "J’ai choisi la Grèce pensant que c’était un pays pas cher. Mais je suis arrivé pendant la crise et c’était bien plus cher qu’en France, la nourriture coutait par exemple 30 % de plus que chez nous. Donc franchement, il faut faire un tour sur les forums, poser des questions sur le niveau de la vie, connaitre le prix des choses de bases. Car si on ne peut pas tout budgéter, on peut quand même bien se renseigner !"


En fonction de votre destination, vous aimerez aussi :

 

© Webedia - janvier 2019

Article à caractère informatif et publicitaire.

Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale.

La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale. Accédez au détail de ces produits et services en cliquant sur les liens hypertexte prévus à cet effet dans la présente page Internet.

TOUT UN MAG POUR VOUS