Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Toute une banque pour vous Vous êtes un client banque privée 
Nous contacter
error component
Une erreur est survenue
dans l'affichage de cet élément

La volatilité est aussi une source d’opportunités

De nombreuses incertitudes économiques et politiques alimentent cette volatilité. Des solutions existent pour s’en prémunir, mais aussi en tirer parti.

Après une longue phase de sommeil, la volatilité a fait un retour remarqué sur les marchés.

Cet indicateur de risque mesure l’amplitude des hausses et des baisses d’un placement financier, indique Arnaud Gamain, responsable conseils en investissement chez Amundi, filiale de gestion d’actifs de Crédit Agricole S.A. Plus la volatilité d’un actif est élevée, plus il est considéré comme risqué et plus son espérance de gain ou son risque de perte sont importants”. Un phénomène lié à des évènements non anticipés par les investisseurs qui peuvent être“de nature purement politique comme les élections américaines, ou relever de changements de politique économique comme la normalisation monétaire des banques centrales, explique Arnaud Gamain. Et les incertitudes quant à l’issue du Brexit, des élections européennes, des tensions commerciales, ou à la résilience de l’économie mondiale, vont alimenter cette volatilité pour quelques temps encore.

Pour s’en prémunir, il est conseillé de diversifier son portefeuille.
Mais quasiment toutes les classes d’actifs ont baissé en 2018. Par conséquent, si la diversification réduit en moyenne la volatilité dans la durée, elle n’absorbe pas complètement les chocs.

Certains actifs étant moins impactés. C’est le cas, par exemple, des entreprises peu endettées et dont les perspectives de croissance à venir sont bonnes.
Il est aussi possible de se couvrir, autrement dit de s’assurer, contre la volatilité à l’aide d’OPC(1) permettant d’acheter des options de vente sur les marchés actions. “Mais en période de taux d’intérêt bas, cette stratégie de couverture est coûteuse, et ne s’apparente pas à de l’investissement”, estime Arnaud Gamain.

Toutefois, la volatilité ne doit pas être perçue uniquement comme un élément négatif.
La volatilité est associée à un niveau de rendement, rappelle Arnaud Gamain.
Si elle est trop basse, les rendements futurs le seront aussi. Elle est donc nécessaire et peut ainsi constituer une source d’opportunités surtout quand les fondamentaux économiques des actifs sont solides (bilan sain, revalorisation des profits…)
”. Au-delà, dans ce contexte de regain de volatilité,

Arnaud Gamain recommande “d’investir dans des OPCI(2) pour leur potentiel rendement régulier et leur décorrélation au marché, des actions et des obligations en privilégiant les thèmes ou les secteurs qui bénéficient d’une bonne visibilité sur leurs résultats, et des produits structurés (fonds à formule ou à capital protégé) qui permettent une exposition limitée à la baisse”.

Surtout, les investisseurs, accompagnés de leur conseiller privé doivent adapter leur allocation afin qu’elle soit toujours en adéquation avec leur profil de risque.

(1) Organisme de placement collectif
(2) Organisme de placement collectif en immobilier
Les performances passées ne présagent pas des performances futures.

Retrouvez le sommaire du magazine Regards partagés en cliquant ici.

 

© Magazine Regards partagés Crédit Agricole Banque Privée - agencedps.com - Mars 2019

Article à caractère informatif et publicitaire.

TOUT UN MAG POUR VOUS