Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Débuter en Bourse : Les bonnes pratiques à maîtriser avant de vous lancer

10/08/2021 - 3 min de lecture

Rubrique : Epargne

#Argent #Décryptage

tout un mag pour vous

Débuter en Bourse : Les bonnes pratiques à maîtriser avant de vous lancer

Risqués, fluctuants, compliqués : les marchés boursiers suscitent une certaine frilosité de la part des épargnants, qui lui préfèrent souvent l'immobilier ou l’assurance vie. Pourtant, investir en Bourse est une bonne solution pour financer des projets de long terme, à condition de bien s’y préparer et d’en connaitre les principaux écueils. Tour d’horizon des bonnes pratiques à connaître avant de débuter en Bourse.

1. FIXER VOTRE BUDGET ET VOTRE HORIZON D’INVESTISSEMENT

La Bourse est un placement risqué : vous pouvez perdre tout ou partie du capital que vous investissez. Par ailleurs les rendements ne sont réellement intéressants que sur le temps long.

Ainsi, investir en actions des sommes dont vous pourriez avoir besoin à court terme ou en cas d’imprévu est un mauvais calcul, car vous seriez tenté de prendre des risques inconsidérés pour gagner de l’argent rapidement. Le facteur temps est fondamental pour lisser le risque et il est essentiel de bien étudier à quel moment vous aurez besoin de récupérer vos placements.

Dès lors, définissez clairement votre budget, en gardant en tête qu’investir en Bourse requiert un minimum de fonds pour être performant. Ces montants doivent intégrer par ailleurs les frais inhérents aux transactions, ainsi que la nécessité de diversifier ses placements pour limiter le risque financier.

2. DÉFINIR VOTRE PROFIL D’INVESTISSEUR ET LE NIVEAU DE RISQUE QUE VOUS ÊTES PRÊT À ACCEPTER

Avant de débuter en Bourse, il est important de déterminer votre niveau d’aversion au risque, c’est-à-dire la perte maximale que vous êtes prêt à accepter au regard du rendement espéré.

Votre profil est-il plutôt prudent, équilibré ou dynamique ? Cela dépend d’une part de votre nature, et d’autre part de votre horizon de placement. Vous ne prendrez pas les mêmes risques pour un placement long terme que pour un placement court ou moyen terme. Ainsi, ne vous contentez pas uniquement de vous fixer des objectifs de gains, mais évaluez également les pertes que vous êtes prêt à subir.

3. CHOISIR LES PRODUITS FINANCIERS LES PLUS PERTINENTS

En fonction de votre profil d’investisseur, de votre horizon d’investissement et de vos objectifs de gains, vous établirez votre propre couple rendement-risque, qui vous guidera dans la composition de votre portefeuille. Un large choix s’offre à vous au sein duquel vous pourrez sélectionner les produits financiers qui correspondent le mieux à vos objectifs.

Actions, obligations, trackers, monétaire... Au moment de choisir, il est impératif d’étudier les différents types de placements, leurs risques et leurs mécanismes pour prendre vos décisions d’investissement en toute connaissance de cause.

Il est également indispensable de se renseigner sur la santé financière de l'entreprise et sur ses perspectives futures, car ce sont elles qui déterminent le prix du titre, sa valeur future et le niveau de risque qui lui est associé. Vous devez identifier les entreprises qui présentent des avantages concurrentiels durables garantissant que l’entreprise conservera sa rentabilité sur la durée. Ces éléments d’information sont gratuitement disponibles pour les sociétés cotées, qui ont l’obligation de les mettre à disposition du public.

4. CHOISIR L’ENVELOPPE FISCALE ADAPTÉE

PEA, compte-titres, assurance vie… Vous devrez ensuite choisir l’enveloppe la plus adaptée pour loger vos placements. De ce choix dépendra le niveau d’imposition de vos gains – les prélèvements sociaux sont à payer dans tous les cas. Les frais varient également d’un produit à l’autre.

En dessous de 5 ans, il sera par exemple préférable d’opter pour un compte-titres ordinaire, sans avantage fiscal particulier mais qui permet de loger tous les types de titres disponibles sur les marchés financiers.

Au-delà de cinq ans, le PEA et le PEA/PME disposent d’une fiscalité allégée et optimisée, mais uniquement pour des actions et des fonds européens.

Un contrat d’assurance vie en unités de compte bénéficie également d’une fiscalité avantageuse, mais il n’est pas possible d'y placer des actions détenues en direct.

 

Retrouvez tous les articles associés sur « Les Bonnes pratiques » :

 

5. BIEN DIVERSIFIER SES INVESTISSEMENTS

Une diversification suffisante est indispensable pour bien répartir les risques attachés à chaque titre. Évitez toutefois un trop grand nombre de lignes : leur multiplication génère davantage de frais et demande plus de suivi.

N’oubliez pas de conserver des liquidités pour profiter d’éventuels replis de cours sans avoir à vous départir de titres déjà acquis.

La grande variété des profils d’entreprises et secteurs d’activité doit vous permettre de constituer un portefeuille équilibré et conforme à vos objectifs.

 

Retrouvez les articles associés :

 

© Crédit Agricole S.A. – Août 2021
Article à caractère informatif et publicitaire.

Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale.
La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale.

TOUT UN MAG POUR VOUS