Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Créer une SCI ou une SCI familiale : l’essentiel à savoir

17/06/2019 - 2 min de lecture

Rubrique : Fiscalité

#Logement #Argent #Décryptage

tout un mag pour vous

Créer une SCI ou une SCI familiale : l’essentiel à savoir

Investir dans l’immobilier locatif ou acheter votre résidence principale via une société civile immobilière (SCI) présente des avantages certains. Malgré tout, ce type de montage n’est pas fait pour tout le monde. A retenir avant de vous décider.

Créée il y a plus de deux cents ans, la société civile immobilière (SCI) a toujours le vent en poupe. Elle peut répondre aux besoins des personnes désireuses de détenir et de gérer collectivement un ou plusieurs biens immobiliers.

LA SCI : UN OUTIL DE GESTION DU PATRIMOINE TRÈS PERFORMANT

Une société civile immobilière (SCI) est une société constituée entre au moins deux associés : conjoints, parents, amis ou investisseurs. Chacun détient des parts sociales au prorata de son apport dans la SCI.
Sa vocation : acquérir un bien immobilier (logement, murs d’entreprise, etc.) en vue de l’habiter, de le mettre en location ou d'organiser sa transmission progressive. Il est également possible de créer une telle société pour lui apporter un bien que l’on possède déjà.

 

BON À SAVOIR

La SCI est dite « familiale » lorsque les associés sont des proches parents ou des époux. À lire aussi notre article Dans quel cas créer une SCI familiale  ?

 

LA SCI : UN CADRE JURIDIQUE POUR GÉRER UN BIEN À PLUSIEURS


Habituellement, lorsque vous détenez un bien à plusieurs sans créer de société, vous en êtes propriétaires « indivis ». Or, le système de l’indivision, bien connu des héritiers qui doivent se partager une succession ou des couples non mariés achetant leur résidence principale à deux, se révèle à l’usage rigide dans son fonctionnement. D’où l’intérêt de lui préférer la société civile immobilière (SCI) pour gérer un ou plusieurs biens immobiliers collectivement.

LA SCI : UNE RÉPONSE SIMPLE ET SOUPLE


Concrètement, en indivision, les décisions se prennent au minimum à la majorité des deux tiers voire à l’unanimité. Ce qui, en pratique, notamment en cas de mésententes, peut très vite s’avérer lourd et bloquant. En société civile immobilière (SCI), la majorité suffit.
Pour la gestion au quotidien, même simplicité : en SCI, c’est le gérant qui décide. En indivision, il faut agir tous ensemble ou désigner un représentant des indivisaires pour signer les actes courants (assurances, abonnement à l’électricité, etc.).


LA SCI : UNE SOLUTION STABLE ET PÉRENNE, CONÇUE POUR DURER


La loi prévoit que « nul n’est tenu de rester dans l’indivision ». Autrement dit, si les indivisaires ne s’entendent pas pour liquider l’indivision à l’amiable, n’importe lequel d’entre eux peut saisir le tribunal et demander la vente forcée du bien ou un partage judiciaire.
La société civile immobilière (SCI), au contraire, vise le long terme et la stabilité patrimoniale. Constituée pour une durée qui peut aller jusqu’à 99 ans, renouvelable, elle n’est dissoute que sur décision des associés prise à la majorité.


LA SCI : UN RÉGIME DE TAXATION SPÉCIFIQUE


La SCI échappe à l’impôt sur les sociétés (IS), sauf si elle opte pour ce régime fiscal, ce qui peut présenter un intérêt dans certains cas précis (récupération de la TVA en cas de réalisation de très gros travaux, par exemple).
Hors IS, les bénéfices tirés d’une location sont répartis entre les associés, imposés individuellement à l'impôt sur le revenu, au titre des revenus fonciers.
Cette « transparence » fiscale de la SCI constitue l’un de ses avantages notamment en cas de déficits fonciers qui sont également transmis aux associés.


LA SCI : DES INTERDITS À CONNAÎTRE


En aucun cas la SCI ne constitue une solution miracle à toutes vos problématiques immobilières. Parfois, elle est même à prohiber. Sachez par exemple que, comme son nom l’indique, la SCI doit avoir une activité civile, c’est-à-dire non-commerciale. Une SCI qui a une activité commerciale serait de plus soumise de plein droit à l’IS.
En immobilier, est donc interdit à la SCI l’achat dans le seul but de revendre, comme le font les marchands de biens. De même, une SCI ne peut recourir à la location meublée, qu’il s’agisse de logements ou de bureaux.



LA SCI : UN FORMALISME STRICT À RESPECTER

La première étape de la création d’une société civile immobilière (SCI) consiste à rédiger des statuts. A ce stade, le recours à un professionnel du droit est vivement conseillé. Pour en savoir plus : Comment créer une SCI ? Les points à vérifier

Une fois signés par tous les associés, les statuts doivent être enregistrés et faire l’objet d’une publicité dans un journal d’annonces légales. Puis ils sont déposés au greffe du tribunal afin d’immatriculer la société. À défaut, la SCI n’aurait pas d’existence officielle. Conséquence : elle ne fonctionnerait pas comme une société, mais comme… une indivision.
 

BON À SAVOIR

Si vous êtes marié et que vous constituez une SCI avec votre conjoint, un conseil : faites établir les statuts par acte notarié, il s’agit d’une précaution judicieuse.

LA SCI : DES CONTRAINTES À NE PAS SOUS-ESTIMER


Toute société civile immobilière (SCI) a l’obligation de réunir ses associés en assemblée générale (AG) au moins une fois par an. C’est elle qui, par exemple, approuve les comptes de la société et décide de répartir d’éventuels bénéfices entre les associés.
La SCI doit également tenir une comptabilité. Un simple livre-journal des dépenses suffit si votre SCI ne possède que votre résidence principale et ne réalise pas de profit. En revanche, si elle loue ses biens, la tenue d’une comptabilité plus élaborée s’impose.
 

 

© Uni-médias – mars 2019

 

Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.

 

TOUT UN MAG POUR VOUS