Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Quelles sont les démarches en cas de décès du conjoint retraité ?

05/10/2020 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Famille #Retraite #Aléas de la vie

tout un mag pour vous

Quelles sont les démarches en cas de décès du conjoint retraité ?

Lorsque le conjoint retraité décède, de nombreuses démarches doivent être accomplies. Notaire, banque, assureur, organismes de retraite : voyons quelles sont les démarches à effectuer en cas de décès du conjoint retraité et que devient la retraite d’une personne décédée.

BANQUE, ASSURANCE, NOTAIRE, IMPÔTS …

Contactez un notaire pour obtenir un acte de notoriété et les banques du défunt.

L’acte de notoriété est indispensable (comme l’acte de décès), il permet de prouver votre identité, votre qualité d’héritier (sans pour autant que ce cela signifie acceptation de la succession) et de prendre les mesures nécessaires auprès de la banque (règlements de factures, déblocage des liquidités sur les comptes bancaires du défunt, arrêt des virements vers un compte d’épargne ou une assurance vie, fermeture de comptes…). L’acte de notoriété vous autorise également à changer le titulaire du contrat d’assurance de votre habitation ou la carte grise (appelée désormais certificat d’immatriculation) de votre auto.

Si votre conjoint cotisait à une assurance décès, vous devez prévenir l’organisme auprès duquel le contrat a été souscrit.
 

À noter :

Impôts sur le revenu et prélèvement à la source : pour les couples soumis à une imposition commune, le décès du conjoint ou du partenaire lié par un PACS doit être signifié à l’administration fiscale dans un délai de soixante jours via votre espace personnel sur impots.gouv.fr. Vous devrez déclarer les derniers revenus perçus par le défunt à l’administration fiscale. Pour l’année du décès, deux déclarations sont à effectuer : une déclaration commune pour la période du 1er janvier jusqu’à la date du décès et une déclaration individuelle pour le conjoint survivant pour la période allant de la date du décès au 31 décembre.

À la suite de la déclaration de décès, l’administration procédera au calcul de deux taux de prélèvement pour le conjoint ou partenaire de PACS survivant. Le premier s’applique l’année du décès, le second s’applique à compter du 1er janvier de l’année qui suit celle du décès et jusqu’au 31 août de l’année suivante.

RETRAITE ET PENSION DE RÉVERSION

Quelles sont les démarches à effectuer pour la pension de retraite du conjoint ?

Les caisses de retraites sont informées automatiquement du décès par les services de la Mairie qui a enregistré le décès. Cependant, il vous appartient de contacter de votre côté les organismes de retraite concernés et de vérifier si vous pouvez prétendre à la réversion de la pension de votre conjoint : régime de base, régimes complémentaires obligatoires et pensions constituées à titre personnel via une banque ou un assureur (surcomplémentaires).

La retraite d’une personne décédée n’est pas toujours réversible. Plusieurs conditions existent :

  • Réversion de la retraite de base : elle est réversible dans la limite de 54% sous conditions. Vous devez avoir été mariés (le Pacs ou le concubinage ne donnent pas droit à une pension de réversion, même si des enfants sont nés de cette union), avoir au moins 55 ans, et enfin vos propres revenus ne doivent pas excéder certains plafonds de ressources.
    Si le conjoint décédé a déjà été marié, l’ex conjoint(e) peut prétendre à une partie de la pension au prorata des années de mariage. Renseignez-vous auprès de l’Assurance retraite pour en savoir plus et soumettre votre cas personnel. 
  • Réversion de la retraite complémentaire : elle est égale à 60% de la retraite complémentaire du salarié ou retraité décédé. Elle est versée au veuf ou à la veuve mariée, le Pacs n’y donne pas accès. Elle est versée sans condition de ressources, mais disparait si le bénéficiaire se remarie. Pour plus d’informations, renseignez-vous auprès de l’Agirc Arcco par exemple pour les retraites du secteur privé. 
  • Réversion d’une retraite supplémentaire ou surcomplémentaire (comme un Perp, Madelin, Perco, PER Entreprises ou plus récemment un PER assurance ou un PER compte-titres…) : prévenez les établissements qui versaient ces rentes et vérifiez si le contrat indique une réversion en cas de décès.

Enfin, n’hésitez pas à vous rapprocher des employeurs de votre conjoint pour savoir s’il bénéficiait d’un contrat d’épargne salariale qui n’aurait pas été liquidé car il est possible de conserver un plan d’épargne salariale même lorsque l’on quitte l’entreprise ou que l’on prend sa retraite.

BON À SAVOIR

Sachez que pour vous aider à financer les obsèques, la banque peut débloquer par anticipation sur le ou les comptes de votre conjoint une somme pouvant aller jusqu’à 5 000 euros pour régler les factures concernées, si le solde figurant sur le compte du conjoint décédé le permet.

    À lire également : En cas de décès, que devient mon épargne retraite ?

 

© Creative Works - Septembre 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.
Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale. La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale.