Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Tout savoir sur le « reste à charge zéro »

15/02/2021 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Santé #Retraite #Décryptage

tout un mag pour vous

Tout savoir sur le « reste à charge zéro »

Depuis plus d’un an, grâce à la mise en place du plan « 100% santé » (ou reste à charge zéro), tous les assurés ont accès à des lunettes et des prothèses dentaires sans avoir à sortir un euro de leur poche. C’est maintenant aussi le cas pour certains appareils auditifs. Explications.

Mise en application depuis début 2020, la réforme du « reste à charge zéro » permet une prise en charge à 100% par la Sécurité sociale et les complémentaires santé de certaines lunettes et prothèses dentaires. Le dispositif est aujourd’hui complété par une sélection d’appareils auditifs. Objectif affiché du gouvernement : donner la possibilité aux Français et notamment à ceux qui ont les revenus les plus modestes de bénéficier de soins de qualité intégralement remboursés.

file

LA PRISE EN CHARGE POUR LES LUNETTES

Pour l'optique, les assurés ont la possibilité de choisir leurs verres et leurs montures parmi un équipement « 100% santé » pour lesquels ils n’auront aucun reste à charge.

Les opticiens doivent proposer au minimum 17 modèles de montures pour adultes, et au moins 10 modèles pour enfants, à chaque fois en deux coloris différents. Le prix des montures sans reste à charge est de maximum 30€. Pour ceux qui souhaiteraient choisir une monture en dehors de la sélection « 100% santé », vous serez remboursés à hauteur des conditions prévues dans votre contrat santé.

Concernant les verres, il est possible de choisir entre une sélection « 100% santé » (pour lesquels vous n’aurez aucun reste à charge) et des verres dont le tarif reste librement fixé et dont le remboursement dépend du niveau de garantie de votre complémentaire santé.

LA PRISE EN CHARGE POUR LES PROTHÈSES DENTAIRES

Autre disposition de la réforme du « reste à charge zéro », le remboursement intégral d’une sélection de couronnes et de bridges, et désormais de certaines prothèses amovibles (dentiers).

La nature des matériaux utilisés est fonction de la localisation de la dent soignée, avec une distinction entre « dents visibles » et « non visibles ». Par exemple, les incisives ou les canines peuvent bénéficier de couronne en céramique (ou en métal recouvert de céramique) mais les molaires uniquement de couronnes métalliques.

Bien entendu, libre à vous d’opter pour des techniques et/ou des matériaux plus sophistiqués. Dans ce cas, vous accepterez d’avoir un reste à charge qui variera en fonction du niveau de garantie de votre complémentaire santé.

    Vous aimerez aussi : Prévention buccodentaire : les bonnes habitudes au quotidien

 

LA PRISE EN CHARGE POUR LES PROTHÈSES AUDITIVES

Quelque 6 millions de Français souffrent de difficulté d'audition. Pourtant, seuls 35% d'entre eux sont appareillés. À cela, une explication : les prothèses auditives sont les équipements médicaux sur lesquels le reste à charge est le plus élevé (57%).

Pour vous faire une idée, auparavant, une personne souffrant de problèmes auditifs devait, en moyenne, dépenser 3 000 euros pour s’équiper d’audioprothèses (une par oreille). Une fois les remboursements de l’Assurance maladie et de sa complémentaire santé perçus, 1 700 euros restaient à sa charge.

La réforme du « reste à charge zéro » permet un accès à une sélection d’audioprothèses totalement remboursées. Équipées de douze canaux de réglage, d’une amplification sonore d'au moins 30 décibels et de plusieurs options de confort (acouphène, bruit du vent, connexion sans fil…), ces équipements sont d’ores et déjà vendus moins chers. Une baisse de prix qui s’explique par le plafonnement des tarifs des audioprothèses imposés par la réforme du « reste à charge zéro ». En clair, les fabricants ne peuvent pas vendre leurs équipements auditifs au-dessus d’un prix limite (1 100€ aujourd’hui, 950€ en 2021 ; prix par oreille). À défaut, leurs produits ne peuvent pas faire partie du panier « 100% santé ».

S’il reste évidemment possible de choisir des aides auditives plus onéreuses, sachez que le montant pris en charge par la sécurité sociale et la complémentaire santé ne peut pas excéder 1 700 euros par appareil.

QUELLE PRISE EN CHARGE POUR LES DOMAINES HORS OPTIQUE, DENTAIRE, AUDITIF ?

Si la réforme du « reste à charge zéro » est présentée par le gouvernement comme un « tournant historique » pour la Sécurité sociale, il n’en reste pas moins que seuls les domaines de l’optique, des prothèses dentaires et des appareils auditifs sont concernés. Voilà pourquoi, il est important de bénéficier d’une bonne complémentaire santé. Comme, par exemple, une garantie hospitalisation qui prendra en charge la part non remboursée par la Sécurité sociale pour vos frais liés à une hospitalisation et/ou à des actes médicaux.

Par ailleurs, si vous devez être régulièrement suivi par un cardiologue, soyez attentif à avoir des garanties qui prennent bien en charge les consultations chez un spécialiste. Tout comme pensez à vérifier si votre Complémentaire Santé comprend une garantie assistance qui, dans le cas d’une hospitalisation par exemple, vous permettra de bénéficier d’une aide-ménagère. Après tout, et c’est bien connu, mieux vaut prévenir que guérir...

    Pour en savoir plus, n’hésitez pas consulter notre FAQ pour mieux comprendre sur le système « 100 % Santé »

 

© Uni-médias – Octobre 2019 - Mis à jour Février 2021

Article à caractère informatif et publicitaire.

TOUT UN MAG POUR VOUS