Le principe de la solidarité financière s’applique entre les époux, si les dépenses sont relatives à l’entretien du ménage (loyers, factures, électroménager, assurance-vieillesse) ou à l’éducation des enfants (frais de scolarité, santé, vacances). De même pour les impôts et la taxe d’habitation, lorsqu’ils vivent ensemble. Les créanciers peuvent saisir les biens communs, les salaires ou les biens propres de l’un ou l’autre.