Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter
error component
Une erreur est survenue
dans l'affichage de cet élément

Comment gérer votre découvert bancaire ?

Une dépense imprévue, une séance shopping un peu trop intensive, et vous voilà avec un compte à découvert… En théorie, votre banque peut refuser un paiement, rejeter un chèque et vous inscrire au Fichier central des chèques (FCC). Mais en pratique, vous disposez de plusieurs solutions pour gérer sereinement la situation.

BESOIN D’UN COUP DE POUCE ? LA FACILITÉ DE CAISSE

Lorsque la durée du découvert bancaire n’excède pas quelques jours par mois, la banque peut vous proposer un coup de pouce en vous accordant une facilité de caisse. Pour vous aider à faire face à ces difficultés passagères, elle honore les paiements débités sur votre compte, même si celui-ci est à découvert.

Ce type d’accord est précisé dans votre convention de compte mais peut être révoqué à tout moment. Il prévoit également des pénalités financières (les fameux « agios »).

SOUVENT DANS LE ROUGE ? L’AUTORISATION DE DÉCOUVERT

En accord avec votre conseiller, vous fixez un montant et une durée d’autorisation de découvert. La banque honorera vos paiements même si votre compte est à découvert, dans la limite du plafond fixé ensemble. Les limites de l’autorisation de découvert sont précisées soit dans la convention de compte soit dans un contrat à part. Cela vous permet de payer des agios inférieurs à ceux appliqués aux facilités de caisse.

DES PLAFONDS À RESPECTER

Qu’il s’agisse d’une facilité de caisse ou d’une autorisation de découvert, il est conseillé de respecter les plafonds fixés par votre banque. Leur dépassement peut en effet vous conduire à voir vos prélèvements ou vos chèques rejetés. Par ailleurs, la banque pourra vous facturer des frais et des commissions qui viendront s’ajouter aux agios.
Enfin, ne perdez jamais de vue qu’un découvert est fait pour être… recouvert ! Négociez une autorisation de découvert raisonnable, en cohérence avec vos revenus et votre capacité à rembourser.

UN CRÉDIT VOUS ENGAGE ET DOIT ÊTRE REMBOURSÉ. VÉRIFIEZ VOS CAPACITÉS DE REMBOURSEMENT AVANT DE VOUS ENGAGER.

 

© Uni-éditions – janvier 2016.

Article à caractère informatif et publicitaire. Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale.
La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale.
Accédez au détail de ces produits et services en cliquant sur les liens hypertexte prévus à cet effet dans la présente page Internet.

BESOIN D’UN COUP DE POUCE ? LA FACILITÉ DE CAISSE

Lorsque la durée du découvert bancaire n’excède pas quelques jours par mois, la banque peut vous proposer un coup de pouce en vous accordant une facilité de caisse. Pour vous aider à faire face à ces difficultés passagères, elle honore les paiements débités sur votre compte, même si celui-ci est à découvert.

Ce type d’accord est précisé dans votre convention de compte mais peut être révoqué à tout moment. Il prévoit également des pénalités financières (les fameux « agios »).

 

SOUVENT DANS LE ROUGE ? L’AUTORISATION DE DÉCOUVERT

En accord avec votre conseiller, vous fixez un montant et une durée d’autorisation de découvert. La banque honorera vos paiements même si votre compte est à découvert, dans la limite du plafond fixé ensemble. Les limites de l’autorisation de découvert sont précisées soit dans la convention de compte soit dans un contrat à part. Cela vous permet de payer des agios inférieurs à ceux appliqués aux facilités de caisse.

 

DES PLAFONDS À RESPECTER

Qu’il s’agisse d’une facilité de caisse ou d’une autorisation de découvert, il est conseillé de respecter les plafonds fixés par votre banque. Leur dépassement peut en effet vous conduire à voir vos prélèvements ou vos chèques rejetés. Par ailleurs, la banque pourra vous facturer des frais et des commissions qui viendront s’ajouter aux agios.

Enfin, ne perdez jamais de vue qu’un découvert est fait pour être… recouvert ! Négociez une autorisation de découvert raisonnable, en cohérence avec vos revenus et votre capacité à rembourser.

 

© Uni-éditions – janvier 2016.

Tout un Mag pour vous