Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

L'apprentissage, c'est à partir de quel âge ?

27/06/2019 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Jeunes #Etudiant

tout un mag pour vous

L'apprentissage, c'est à partir de quel âge ?

Quand on a une passion pour la mécanique, la restauration d'œuvres d'art, la pub ou l'hôtellerie, on n'a pas forcément envie d'attendre le bac pour apprendre le métier. Mais à partir de quel âge peut-on partir en apprentissage ? Et pour quels diplômes ? Avec quelles aides ?

À PARTIR DE 16 ANS, EN LYCÉE PRO OU DANS UN CFA

Pour ceux qui n'ont pas 16 ans à la rentrée, il existe tout de même des solutions pour entrer en apprentissage et préparer un CAP, un Brevet ou un BAC Pro sans perdre un an:

  • Si vous avez atteint l'âge de 15 ans et terminé votre 3ème
  • Si vous atteignez l'âge de 15 ans entre la rentrée scolaire et le 31 décembre et vous avez terminé votre classe de 3ème. Vous pouvez dans ce cas démarrer une formation en apprentissage sous statut scolaire, c'est à dire dans un lycée professionnel ou un centre de formation d'apprentis (CFA). Mais vous ne pourrez signer un contrat d'apprentissage qu'à partir de 16 ans.

Pour découvrir tous les métiers et les formations, rendez-vous sur le site de l'ONISEP

Vous aimerez aussi : L’apprentissage a le vent en poupe

MAIS AUSSI APRÈS UN BAC PRO OU UN BAC GÉNÉRAL

Vous pouvez choisir l'apprentissage en alternance en intégrant un BTS ou un DUT, une école de commerce ou d'ingénieur, un CFA spécialisé dans les métiers de la banque ou de l'assurance par exemple. La formation suivie doit permettre de préparer un diplôme de l'enseignement supérieur : brevet de technicien supérieur (BTS), diplôme universitaire de technologie (DUT), licences professionnelles, diplômes d'ingénieur, d'école supérieure de commerce, etc.

ET POURQUOI PAS EN MASTER

Pour donner un coup de pouce à votre CV et vous aider à financer vos études, rien de tel que l'alternance. En signant un contrat d'apprentissage si vous êtes étudiant ou un contrat de professionnalisation si vous êtes jeune chômeur ou en reconversion, et choisissez cette voie pour acquérir de nouvelles compétences, vous recevrez un salaire et vous pourrez inscrire une première expérience professionnelle sur votre CV. Un vrai plus quand on sait que certaines entreprises n'hésitent pas à demander aux débutants fraichement diplômés d'avoir aussi un minimum d'expérience !

Vous aimerez aussi Alternants : 5 secteurs qui recrutent

TROUVER UN CONTRAT EN ENTREPRISE : LE VRAI CHALLENGE

Dans de nombreux cas, l'inscription à l'école de votre choix ne sera validée que si un contrat d'apprentissage est effectivement signé avec une entreprise. Même si les écoles aident les jeunes élèves à trouver une entreprise, les places sont plus ou moins faciles à trouver selon les secteurs qui vous intéresseront. Il est conseillé de démarrer les recherches dès avril mai pour une rentrée en septembre.

Vous aimerez aussi Le secret des jeunes qui sont embauchés plus facilement

LE REVENU DES APPRENTIS

Le jeune apprenti touche un salaire pour la période qu'il passe en entreprise. La rémunération dépend de l'âge et du niveau de formation. Voici les salaires de base, sachant que rien n’empêche l'employeur d'être plus généreux (rémunération brute mensuelle pour un contrat d'apprentissage au 1er janvier 2019).

 
Ancienneté/âge
16-17 ans
18-20 ans
21 ans et +
Première année 410.73 € 654.12€ 806.24 €
Deuxième année 593.27 € 775.82 € 927.94 €
Troisième année 836.67 € 1 019.22 € 1 186.55 €

LES AIDES POSSIBLES

Le statut d'apprenti n'empêche pas de recevoir les allocations de rentrée scolaire ou encore l'aide au logement si les conditions sont remplies. Autres avantages : l'exonération d'impôts sur les salaires touchés (dans une limite fixée chaque année par le fisc) et une aide pour financer son permis de conduire.

  • La famille d'un apprenti mineur peut, sous condition de ressources, recevoir l'ARS (allocation de rentrée scolaire) comme pour tout élève. Pour la rentrée 2018, elle est de 401,47 €. Si les revenus du jeune apprenti dépassent 932,29 € (55 % du Smic), le droit aux prestations est supprimé pour les mois concernés. Le reste de l'année, la famille touchera l'ARS normalement

  • Le salaire versé à l'apprenti est exonéré d'impôt sur le revenu dans une limite fixée chaque année par la loi de finances. Pour 2018, ce plafond est de 17 982 €. Au-delà de ce montant, il faut déclarer les revenus perçus. Que ces revenus soient déclarés par l’apprenti lui-même ou par ses parents

  • Les allocations familiales (AF) : jusqu'à ses 20 ans, les parents de l’apprenti peuvent continuer à percevoir les Allocations familiales

  • Le jeune peut bénéficier de l'aide au logement (APL) ou d’un accès prioritaire dans certains foyers de jeunes travailleurs (renseignements auprès de la mairie ou de la région)

  • L'aide au permis de conduire : depuis le 1er janvier 2019, les apprentis majeurs en contrat peuvent bénéficier d'une prime de 500 € pour payer leur formation au permis B. Il faut se renseigner auprès de son CFA ou sur le site du gouvernement ici

  • L’alternant, qu’il soit en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation peut dans certains cas bénéficier de la prime d’activité. Il faut pour cela en faire la demande sur le site de la CAF. L’alternant doit cependant répondre à certaines obligations, comme être majeur et percevoir une rémunération mensuelle minimum de 932€ net (données 2019).
    Vous trouverez plus d’informations ici :

    Vous aimerez aussi : Alternance : comment déclarer ses impôts sans prise de tête.

    Plus d'infos sur le portail de l'alternance

 

© Creative Works - Juin 2019

Article à caractère informatif et publicitaire.

TOUT UN MAG POUR VOUS